mardi 7 mai 2013

ET QUE MA JOIE DEMEURE !

"Adoptés par l'ouvert, poncés jusqu'à l'invisible, nous étions une victoire qui ne prendrait jamais fin." RENE CHAR, Fureur et Mystère, Les premiers instants,   .   Ebloui par d'aveuglantes éclaircies, - j'avance.   A rebours de l'hiver cinglant en plein été. Tu es ronces, orties, chardons, épines des rosiers. - Là où d'autres ne voient que beauté de la rose, tu regardes avec effroi le sang des épines. Sur la route de l'inconnaissable: - ton chemin. " - Pauvres de nous ! dit-il. - Qu'allons-nous devenir ?... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 7 mai 2013

ENFANCE

...C est à la lune qu'elle doit ses plus belles rêveries, la lune qui lui renvoyait les reflets d'êtres absents, qui lui souriait pour la ravir, qui s'assombrissait pour lui signifier son mécontentement et l'aidait à renouer avec le monde nouveau qui l'entourait. Une longue convalescence l'attendait....elle était cassée. (...) Fini c'était fini, plus jamais la Tour de César ferait écho à ses cris, plus jamais on ne la trouverait pas lorsqu'elle se cachait derrière les clapiers, plus jamais les tomates, les pétales de géraniums sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 6 mai 2013

JE VOUS ECRIS DE MES LOINTAINS

« Je vous écris de mes lointains, d’un horizon empli du sel des embruns ; je vous écris avec l’encre des souvenirs, de la pluie sur la joue, de la tendresse dans les lignes des mains. La saison sombre est à son comble ; les hurlements de la houle frappent sans fin la drisse de l’ouvrage. En secret, des îles me font escorte. Un feu s’allume sur la falaise… Gouttes en sourdine sur le caillebotis des mots, notes épinglées au fil des nuages. J’écris sans trouble des mots qui filent avec les ailes du silence. Ouvert à l’inconnu, j’accepte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 5 mai 2013

MATIERE DE LUMIERE...Extrait

Le vrai incroyableLa présence d'un feu, un lit, un jardinL'ombre en tête d'oiseau de la plumeN'est pas plus fidèleQue ces lieux où nous vivonsPar la caution des chosesLa table, les chaises, les fleursDans l'eau des heuresL'espace partagéOù en tendant la mainNous poussons la porte du présentEt le regard s'arrondit comme un fruit .   HEATHER DOHOLLAU   .   Oeuvre Pierre Bonnard    
Posté par emmila à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 5 mai 2013

PRIERE

Mon Dieu ! si plus tard un jour je suis faible, Si, perdant ma solitude aimée, Je cède à mon désir de gloire Et que de moi se détache ce qu’on appelle un livre, – Mon Dieu ! que ce ne soit pas un livre de vacances, un livre de plage : Un livre que des gens riches prennent pour passer le temps Ou être au courant, Mais qu’un jeune homme le soir en sa chambre solitaire Le lise avec toute son âme, Qu’ayant souffert tout le jour des gens trop bêtes et de la vie trop rude, Blessé dans sa chair et dans son cœur, – Il me prenne, moi, Comme la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 5 mai 2013

NAVIGATEUR SOLITAIRE

À présent, chaque mille que je naviguerai vers l’ouest m’éloignera de tout. Pas le moindre signe de vie : ni poissons, ni oiseaux, ni sirènes, ni cafard zigzaguant sur la couverture. Seulement l’eau et le ciel, l’horizon détruit, la mer, qui chante toujours comme moi la même chanson. Ni poissons, ni oiseaux, ni sirènes, ni cette étrange conversation sur la sentine que perçoit l’oreille aux heures de calme. Seulement l’eau et le ciel, le roulis du temps. La nuit, l’étoile Achernar apparaît sur la proue ; entre les haubans, Aldébaran ;... [Lire la suite]

samedi 4 mai 2013

JE CHERCHE UN LIEU

Je cherche un lieu pour le repos de la couleur. Peut-être : un toit couvert d’ardoise en charge de la nuit qui veille et qui l’imprègne, en profondeur. Le bleu, de l’intérieur, y sommeille et consent.   .   PIERRE ALAIN TÂCHE   .     Oeuvre Maria Dolores Cano    
Posté par emmila à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 4 mai 2013

RESTITUER LA PRESENCE ABSENTE - Heather Dohollau

  L'oeuvre poétique laisse en nous une trace d'encre et de lumière qui ne peut être figée : elle garde la fluidité féconde du vivant - ou alors, elle ne compte pas. Nous n'avons pas à l'expliquer, mais à la comprendre, car elle se suffit à elle-même. D'ailleurs, elle refuse de se laisser dire en peu de mots. Nous pouvons tout au plus témoigner ; avec l'espoir de convaincre qu'il est urgent d'aller aux livres Il y a, dans le cas particulier d'Heather Dohollau, que les premières pages publiées étaient - sans y... [Lire la suite]
vendredi 3 mai 2013

1er MAI

Au pique-nique du diable, pour voler plus haut, les corbeaux s’habillent chouettes. Au festin des vautours, les grands becs volent à la tire et repartent, notre avenir sous le bras. Le chacal et le cobra s’accusent, mais chacun chez soi ! La soie pour les uns et la dèche pour les autres. Dans sa toile, Marine tricote au point de croix. Au tire, tire, sur le fil c’est l’avenir qui se défile. Un point à l’endroit, un point à l’envers et tous en enfer. Les grands argentiers font école, ils distribuent les A+ les A-, les bons points... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 3 mai 2013

UNE SUITE DE MATINS...Extrait

Sur la montagne chauve il n’y a pas de jardinseulement l’herbe coiffée par le vent où les nuages serrent de présles courbes dénudées par le haut souffleLoin en bas    au fond du panier des montagnessont les lignes tirées des maisonset le portail à jamais fermé de la mine où les hommes passaient avant leur chute gardant cependant espéranceles lieux de Dante au Pays de Gallesoù dans les verticalités encerclées les trois parcours s’y trouvaientet seul le ciel a pu échapper là où la pointe d’argent de Botticelli s’en est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,