Je ne me coucherai jamais dans un lit de sang, je nagerai jusqu’à l’exténuement, remontant vers la source, là où un jour tout s’est joué sous l’arc-en-ciel des hommes. Et mes muscles, usés d’écarter les branches dérivantes, reposeront sur les brûlures de l’onde. Alors d’autres que moi franchiront d’autres cascades, d’autres reliefs, et jamais, jamais cela ne s’arrêtera. Car nous appartenons à la force des contre-courants, nageurs infatigables de l’histoire et nous ne nous résignerons jamais. Jour après jour, nous dessinons le nouvel océan qui nous contient malgré nos différences, l’émeraude partagée des hommes qui inventent, pensent et actent le monde. Aujourd’hui nous sommes quelques-uns à nager dans le noir. Non ce n’est pas nous qui sommes aveugles, c’est seulement l’obscurité qui nous entoure. J’entends l’éclat riant de nos brasses. Ne nous arrêtons pas. Ne nous arrêtons pas. Il faut parfois savoir garder raison contre la foule.

 

.

 

 

Bruno Ruiz

2017

https://brunoruiz.wordpress.com

 

.

 

 

Reflets-deau-Photo