Patrick DUPOND, danseur étoile (14 mars 1959 - 5 mars 2021)
.
.
"Son corps devenait la musique. Dire d'un danseur qu'il est musical est l'un des plus beaux compliments qu'on puisse faire. C'est quand le danseur avale la musique, nous empêche de l'écouter avec les oreilles pour nous la faire entendre avec ses gestes, gestes nourris de musique, gestes qui jouent pour la musique le rôle d'interprète et la rendent visible et traduite, c'est-à-dire compréhensible. Il y a de l'alchimie là-dedans."
.
" Un instant dans la vie d'autrui " de Maurice Béjart,
Chorégraphe.

 

.

 

.

 

Je ne sais rien qu’un philosophe souhaite plus être qu’un bon danseur. Car la danse est son idéal, son art aussi, sa seule piété, enfin: son « culte ».

.

 

" Le Gai Savoir " Nietzsche

 

 .

 

.

.

Jusqu’à quel point les poètes et les artistes supérieurs peuvent-ils être dispensés de la grandeur personnelle ? Une chose est certaine : il leur est impossible de se passer de cette concentration de la volonté sans laquelle toute grandeur est inconcevable et qui, par son effet magique, nous entraîne comme une force irrésistible ; ils doivent être nécessairement, dans ce domaine, des hommes extraordinaires, en bien ou en mal, car, s’ils ne l’étaient pas, les plus beaux dons seraient condamnés à disparaître rapidement : sans un caractère de cette espèce, le « talent » le plus brillant ne ferait de l’artiste qu’un être méprisable. Tous les grands maîtres ont d’abord appris beaucoup et sans répit ; il leur faut d’autant plus d’énergie pour cela qu’ils ont déjà atteint un niveau élevé et qu’ils produisent avec facilité et éclat. En outre, ils ne réussissent à gravir les échelons suivants qu’au prix d’un combat acharné avec les nouvelles tâches qu’ils se sont imposées .

.

Burckhardt, Considérations sur l’histoire universelle, trad. Sven Stelling-Michaud, Paris, Éditions Allia, 2001, p. 216-217.

.

.