mercredi 19 décembre 2012

TOUT REDEVIENDRA GRAND ET IMMENSE

Tout redeviendra grand et immense les terres simples et les eaux ridées, Les arbres géants et très petits les murs; et dans les vallées, fort et multiple, un peuple de bergers et d’agriculteurs . Et plus d’églises, qui enserrent Dieu comme un fuyard, et qui se lamentent sur lui ainsi qu’un animal pris au piège et blessé,- à ceux qui frapperont à la porte les maisons se feront accueillantes et une senteur d’offrande sans limite dans toutes les mains et en toi et en moi. Aucune attente de l’au-delà et  aucun regard vers... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 29 août 2012

LES CAHIERS DE MALTE LAURIDS BRIGGE 1910....Extrait

"Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin. Il faut pouvoir repenser à des chemins dans des régions inconnues, à des rencontres inattendues, à des départs que l’on voyait longtemps approcher, à des jours d’enfance dont le mystère ne s’est pas encore éclairci, à ses parents qu’il fallait qu’on froissât lorsqu’ils vous apportaient une joie et qu’on ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 30 avril 2012

NOTRE AVANT-DERNIER MOT

Notre avant-dernier mot serait un mot de misère, mais devant la conscience-mère le tout dernier sera beau. Car il faudra qu'on résume tous les efforts d'un désir qu'aucun goût d'amertume ne saurait contenir. . . . RAINER  MARIA  RILKE . .    
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 27 février 2012

LETTRES A UN JEUNE POETE..Extrait

Une seule chose est nécessaire: la solitude. La grande solitude intérieure. Aller en soi-même, et ne rencontrer, des heures durant, personne - c'est à cela qu'il faut parvenir. Être seul comme l'enfant est seul quand les grandes personnes vont et viennent, mêlées à des choses qui semblent grandes à l'enfant et importantes du seul fait que les grandes personnes s'en affairent et que l'enfant ne comprend rien à ce qu'elle font. S'il n'est pas de communion entre les hommes et vous, essayez d'être prêt des choses: elles ne vous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 17 avril 2011

PREMIERE ELEGIE DE DUINO...Extrait

Qui donc, si je criais, parmi les cohortes des anges m'entendrait? Et l'un d'eux quand même dût-il me prendre soudain sur son cœur, ne m'évanouirais-je pas sous son existence trop forte? Car le beau n'est que ce degré du terrible qu'encore nous supportons et nous ne l'admirons tant que parce que, impassible, il dédaigne de nous détruire. Tout ange est terrible. Et je me contiens donc et refoule l'appeau de mon sanglot obscur. Hélas! qui pourrait nous aider? Ni anges ni hommes, et le flair des bêtes les avertit bientôt que nous ne... [Lire la suite]
dimanche 22 août 2010

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES...Extrait

Que ce soit le chant d´une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t´environne -- toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n´a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c´est à toi d´attaquer, voilà le secret de ta solitude : tout comme l´art du vrai commerce c´est : de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune. .. .RAINER MARIA RILKE .. .Oeuvre Marc Chagall
Posté par emmila à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 18 juillet 2010

NEUVIEME ELEGIE

Pourquoi, s’il est loisible aussi bien de remplirson délai d’existence en laurier, sombre un peu plusque tous les autres verts, avec ces vaguelettes(tel un sourire de la brise) au bord de chaque feuille : – alors pourquoiest-on contraint d’être homme et, fuyant sous le Destin,de désirer tant le destin ?...Oh ! non parce qu’existe le bonheur,si précipitamment gagné sur une perte très prochaine ;ni par curiosité, ou seulement pour exercernotre cœur, qui lui aussi serait dans le laurier…Mais parce qu’être ici, c’est beaucoup ; et que... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 8 avril 2010

UN VOL EN DIEU

Un vol en Dieu, mais en un Dieu déchiré et répandu à travers le monde qui, ainsi épars, continue à chanter par les lions et les rochers, par les arbres et les oiseaux dont l’harmonie transcendantale couvre dans cet état même de déchirement, la haine destructrice.   .   RAINER  MARIA  RILKE .    
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 22 janvier 2010

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extrait

" La volupté de la chair est une des choses de la vie des sens au même titre que le regard pur, que la pure saveur d'un beau fruit sur notre langue, elle est une expérience sans limites qui nous est donnée, une connaissance de tout l'univers, la connaissance même dans sa plénitude et sa splendeur. Le mal n'est pas dans cette expérience, mais en ceci que le plus grand nombre en mésusent, proprement la galvaudent. Elle n'est pour eux qu'un excitant, une distraction dans les moments fatigués de la vie, et non une concentration de leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 16 juin 2009

NOTES SUR LA MELODIE DES CHOSES

Je ne peux imaginer plus voluptueux savoir que celui-là :il faut se faire commençantsQuelqu'un qui écrit le premier mot derrière unpoint de suspensionlong de plusieurs siècles. . . . RAINER MARIA  RILKE . . .
Posté par emmila à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,