dimanche 14 octobre 2012

J'INVITERAI L'ENFANCE

J'inviterai l'enfance à s'attarder le temps qu'il faut , qu'elle empoche des images pour les soirées d'hiver, pour les longues longues heures de l'adulte qui n'en finit pas de pousser sur l'ennui. Deux clairons dans les bagages un air de flûte une botte de légumes, du vin le sourire de quelqu'un mort une trace qui mène à l'île perdue un anneau d'or, un masque drôle. Quand absent est l'amour et que tes frères sont morts, quand présent est le vide et que la nuit demeure, les rêves sont bien nécessaires. Et les enfants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 11 septembre 2010

A TOUS LES.....

À tous les bohémiens, les bohémiennes de ma rueQui sont pas musiciens, ni comédiens, ni clownsNi danseurs, ni chanteurs, ni voyageurs, ni rienQui vont chaque matin, bravement, proprementDans leur petit manteau sous leur petit chapeauGagner en employés le pain quotidienQui sourient aux voisins sans en avoir envieQui ont pris le parti d'espérerSans jamais voir de l'or dans l'aube ou dans leur pocheLes braves Bohémiens, sans roulotte, ni chienSilencieux fonctionnaires aux yeux fatiguésJ'apporte les hommages émusLes espoirs des villes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 19 mars 2010

ADAGIO...Extrait

  Il y a de ceci bien longtemps. Plus de mille ans. On devait être en juin. En plein champ, à trois lieues de la plus proche maison, au pays des insectes et des fleurs. Un après-midi.    Il faisait soleil tout le long du ruisseau, car un ruisseau passait par là. Sur les deux rives, des criquets cachés dans le trèfle s'injuriaient à pleine tête, comme des gamins qui se disent des noms.    Pas de travaillants autour avec leurs chevaux et leurs pelles. Personne. La terre inventait la moisson, toute seule,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 8 avril 2009

PIEDS NUS DANS L'AUBE

« Lorsque la famille était réunie à table, et que la soupière fumait, Maman disait parfois:- Cessez un instant de boire et de parler. Nous obéissions.Nous nous regardions sans comprendre, amusés.- C'est pour vous faire penser au bonheur, ajoutait-elle.Nous n'avions plus envie de rire. » . . . FELIX  LECLERC . . .
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 18 décembre 2008

QUAND...

« J'inviterai l'enfance à s'attarder le temps qu'il faut... Quand absent est l'amour et que tes frères sont morts Quand présent est le vide et que la nuit demeure Les rêves sont bien nécessaires Et les enfants nouveaux poseront dans la main de l'homme seul Les leurs ouvertes Chaudes et nues. » . FELIX  LECLERC .
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,