« La rencontre avec soi-même est le but ultime du voyage, c'est à la fois être ce que l'on est et être autre que ce que l'on est. C'est-à-dire être ce Sîmorgh, et être à la fois ces trente Oiseaux, individuellement, séparément, personnellement. Ces Oiseaux pourront soit revenir dans le monde comme trente personnalités différentes et vivre leur vie, soit sentir en même temps qu'ils sont dans la vie et dans le Sîmorgh, dans leur transcendance et dans leur immanence. Dans ce voyage, on peut dire que le bagage essentiel, c'est l'amour. Attar parle de l'amour, qui est inséparable du renoncement. Il dit qu'« il n'y a pas d'amour s'il n'y a pas de sang et de larmes dans le cœur ». Cet amour s'accompagne de renoncement à l'amour Lui-même. Le renoncement est comme un silence de l'amour à l'intérieur de l'amour. C'est donc à la fois amour et renoncement qui vont permettre d'accéder à ce qui est au-delà de l'amour, dans le silence de l'amour, et qui est comme l'activité secrète, le langage secret, le Langage des Oiseaux de l'Amour. »

MOUNIR  HAFEZ

.

oiseau_018