Il est triste et pêle-mêle dans les étoiles tombées
        livide, muet, nulle part et effaré, vaste fantôme
        il est ce pays seul avec lui-même et neiges et rocs
        un pays que jamais ne rejoint le soleil natal
        en lui beau corps s'enfouit un sommeil désaltérant
        pareil à l’ eau dans la soif vacante des graviers
        je le vois à la bride des hasards, des lendemains
        il affleure dans les songes des hommes de peine
        quand il respire en vagues de sous-bois et de fougères
        quand il brûle en longs peupliers d'années et d'oubli
        l'inutile chlorophylle de son amour sans destin
        quand gît à son cœur de misaine un désir d'être
        il attend, prostré, il ne sait plus quelle rédemption
        parmi les paysages qui marchent en son immobilité
        parmi ses haillons de silence aux iris de mourant
        il a toujours ce sourire échoué du pauvre avenir avili
        il est toujours à sabrer avec les pagaies de l'ombre
        l'horizon devant lui recule en avalanches de promesses
                démuni, il ne connaît qu'un espoir de terrain vague
        qu'un froid de jonc parlant avec le froid de ses os
        le malaise de la rouille, l'à-vif, les nerfs, le nu
        dans son large dos pâle, les coups de couteaux cuits
        il vous regarde, exploité, du fond de ses carrières
        et par à travers les tunnels de son absence, un jour
        n'en pouvant plus y perd à jamais la mémoire d'homme
        les vents qui changez les sorts de place la nuit
        vents de rendez-vous, vents aux prunelles solaires
        vents telluriques, vents de l'âme, vents universel
        vents ameutez-le, et de vos bras de fleuve ensemble
        enserrez son visage de peuple abîmé, redonnez-lui
        la chaleur
             et la profuse lumière des sillages d'hirondelles

.
.

.

GASTON  MIRON

.

.

.
canada1_1_