Paris1870siegeHPille

Oeuvre de H. Pille

.

" Des pourris c'est moi qui vous le dis
    regardez ces tronches ces gueules ces faciès
    Des espagnols des Italiens des Croates des Bulgares
    Des bougnoules
    Des sales nègres merdiques
    Il y en a même qui portent chapeau
    et cravate comme les bourgeois
   
    Des pourris c'est moi qui vous le dis
    Des chiens affamés de sang Des sauvages
    Des brutes qui tueraient père et mère
    ça se voit à leurs yeux farouches
    A leurs poings serrés
    A leurs bouches tordues par la haine
                    des honnêtes gens "

.

 

Lephotographemfdrsbl_01

.
    Dans la rue l'enfant au ventre creux

    contemple la lie de la terre
    Il ne dit rien Il se tait obstinément
    Il serre les dents ainsi qu'on lui a enseigné
                    depuis le premier jour

    Dans la rue les putains collées aux murs

                            jettent des roses
    et des baisers aux insurgés
    Les corbeaux obscurs de la détresse et de la dérision
    déposent religieusement leurs crottes sur les statues
                        des héros de la République

    Renée-Maria la petite marchande d'allumettes

    pleure et se mouche dans ses doigts
    lorgnées du coin de l'œil par un Monsieur
                     qui fleure bon l'eau de Cologne

    Renée-Maria mord sa main jusqu'au sang

    pour ne pas hurler

    Dans la rue la rumeur des humiliés chasse loin

                                    devant elle
    les feuilles mortes d'octobre
    Ah! dieu! qu'il est beau!
    murmure Renée-Maria en regardant celui
    qui avance en tête
    un beau jeune homme en habit de charpentier A la barbe
                        blonde et soigneusement peignée
    aux doigts fins et très pâles

.

 

commune_de_paris_1871_barricade_rue_saint_sebastien_paris_xieme_ar

 .

" Faudrait tous les aligner le long d'un mur c'est moi
                                qui vous le dis "

murmure un prêtre à l'oreille du caporal-chef

    " Faudrait tous les jeter dans les fours brûlants "
dit la couturière poitrinaire qui attend le Prince Charmant
   " Faudrait tous les prendre aux grilles des Champs-Élysées "
proclame triomphalement un ancien Versaillais
                    reconverti dans le trafic d'esclaves

    Dans les rues des bébés gémissent pressentant le drame

    Les lanternes s'éteignent
    Un roulement monte du côté du Pont Louis-Philippe
    Un autre roulement lui répond par delà le Panthéon
    On entend des pas marteler le pavé aux environs des jardins
                                du Luxembourg

    Dans la rue ils marchent comme des silences graves armés

                        d'innombrables courages
    Ils marchent comme des foules surgies d'un trou sombre où les rats
                                    disputent l'espace
    Ils marchent comme des océans soudés par la sueur le sang
                                    et les larmes
    Ils marchent comme des épées nues
    Comme des processions de famines et de douleurs plus anciennes
                                que les plus vieux arbres
    Dans les rues ils marchent comme des désespoirs vêtus d'étoffe rude
    comme des corps mutilés
    comme des voix brisées par l'émotion

    Dans la rue l'enfant au ventre creux

    attend muet
    recroquevillé sur sa pouillerie
    Il tremble
    Il a peur
    Il a froid

    Mais ses regards sont ceux d'un fils de l'homme

    orphelin depuis longtemps

    La rue attend immobile craintive

    On entend la forge rauque des poitrines
    Sur les banlieues le soleil déchiqueté
    s'effondre au milieu des potagers navrants

    Celui qui s'avance en tête n'a pas d'amour

    Il n'a jamais eu le temps
    et celui qui le suit
    a pour seul ami
    le vent des nuits
    du pays natal

    Celui qui s'avance en tête est beau comme

                            un archange
    et celui qui le suit
    a un visage doux de roi-mage

"Faudrait tous les balancer aux lions "

    Les bébés agitent leurs petits bras pressentant
                                le drame
    Un banquier gras et chauve vérifie si son portefeuille
                        est toujours là où il faut

    Dans la rue ils marchent sans dire un mot

    sans fièvre
    Ils marchent d'un pas régulier convaincu
    Ils sont de toutes les races
    et de toutes les folies

    Dans la rue où les putains vite fait refont

                                leur maquillage
    pour être belle
    Dans la rue où l'enfant au ventre creux
    berce une poupée de chiffons
    qui n'a plus qu'une jambe

    Ils marchent derrière les tambours bannières haut levées

    ils marchent obscurs silencieux casqués
    ils marchent figures de fer bottés casqués
    Ils marchent en rang serrés
    Ils marchent cent et mille Ils marchent comme toujours
                            marchent les armées

    De longues minutes ils s'observèrent

    De longues minutes
    Et les flics tirèrent à boulets rouges sur le drapeau noir...
    Celui qui s'avançait en tête front éclaté rougit le trottoir
    Et celui qui suivait tomba avec une lenteur bouleversante
    Et l'enfant au ventre creux eut brusquement des tonnes
                                de pain blanc
    au creux des paumes.
    Tard dans la nuit quand ils furent repartis
    ne restèrent que les putains
    qui chantèrent les cantiques et les divins psaumes.


ANDRE  LAUDE

.

 

comm_charonne
                                                                                             

 

    .

 

luce1

Oeuvre Maximilien Luce