Merci à Gabriel

.

Ni vidi spuntà lu soli

À livanti à la marina

È pari ch’iddu fighjoli

Quandu varca a Roccapina

L'Oriu di i Culioli

Ipostu sù la cullina

 

Ipost’à l’acqua è à l’ventu

Ferma sempri sintinedda

Vidi li monti di Tempiu

È navicà li batella Vid’à Cania ad ogni mumentu

Vid’Asina’ è Bavedda

 

Di punt’à l'Arcinivala Fighjola senza rigretu

Servini di cannuchjal'à

Tutta la piaghja d'Afretu

Quì a vista si rigala À fiancu, davant' è dietru

 

Murzu sò li so panni Cù lu bagnaghju chì briglia

Sò dighjà duicent' anni

D’du cunnosci la famidda

A ‘ntesu cantà li nanni

Di minnana nella zidda


‘Nun arburi siculari

Chì li servi par iscala

Quandi no eramu sculari

faciam'u codd'è fala

Aval’ coddi chì li pari

Ghjeu, mai più pinsà la

 

Lu vardianu di Chera

Ghjorni di lavor'è festa

Cù la so muta prighera

‘Ddu port’annant'a testa

Vighjemu 'nsembu la sera

 

Sutt'a la volta cuesta

Monda seri à lu fuconu

Un vechju la ci dicia

Da nant' a quistu cantonu

À l'or di l'Ave Maria

Di lu brunzali lu sonu

Quattordici ni sintia

 

Di punt' a lu munimentu

Quì parlu di cor' afflittu

U nommu di la famidda

Dicessetti volti scrittu

L’eroi cascati 'n guerra

Par l'anori è par lu drittu

.

GHJUVAN'ANDRIA  CULIOLI

.

oriu_di_chera2

.

 

Il voit apparaître le soleil

 Au levant, vers la marine

 Et il semble que celui‑ci

 Quand il dépasse Roccapina

 

L’Oriu des Culioli

 Exposé sur la colline

 

 

 

 

 Exposé à la pluie et au vent

 Il demeure toujours en sentinelle

 Il voit les monts de Tempiu

 Il voit naviguer les bateaux

 Il voit Cagna à chaque instant

 Il voit Asinau et Bavella

 

Face à l'Arcinivala

Il regarde sans nostalgie

 L'un et l'autre servant de longue‑vue

 A toute la plaine de Sotta

 Ici, la vue est plaisante

 Par côté, par devant et par derrière

 

 

Ses vêtements sont la mousse

 

Avec la rosée qui luit

 

Cela fait déjà deux cents ans

 

Qu'il connaît notre famille

 

Il a entendu chanter les berceuses

 

De l'aïeule, près du foyer.

 

 


Sur un arbre séculaire

 

Qui lui sert d'échelle Quand nous étions écoliers,

 

Nous jouions à monter et descendre

 

Maintenant, monte qui voudra

 

Pour moi, il n'en est plus question.

 

 C’est le gardien de Chera

 

Jours de travail et de fête

 

Avec sa prière muette Qu'il élève au‑dessus de sa tête

 

Nous veillons ensemble le soir

 

 


Sous la voûte céleste

 Bien des soirs, auprès du foyer

 Un vieillard nous le disait

 « Du haut de ce rocher

 A l'heure de l'Ave Maria

 On entendait quatorze fois

 Le son de l’airain. »

 

 


Sur le monument

 C’est avec tristesse que je le dis

 Le nom de la famille

 Est écrit dix‑sept fois,

 Les héros tombés à la guerre

 Pour l'honneur et pour le droit.

.

JEAN ANDRE  CULIOLI