Il est temps d’additionner les merveilles de nos vies, l’or de nos oreilles et les eaux profondes de nos rêves les plus légers. Temps de tracer quelques rares instants sur nos neiges éternelles, de réconcilier nos barques aux vieilles marées des songes. A nous de planter des fleurs que nous ne verrons jamais éclore. Planter des forêts inespérées dans les déserts de nos enfants. A nous de briser les digues, distribuer les livres que nous avons aimés, boire à la coupe fraternelle des alcools. Soyons les héritiers de nos langues les plus obscures. Demain, pour augmenter la fortune des hommes, quelques curieux érudits prendront peut-être les mots de nos poèmes pour des trésors oubliés. Mais nous, nous savons déjà que nous n’aurons jamais été que les animaux paisibles d’une intelligence sensible endormis sous quelques arbres déjà séculaires. Et nous sommes déjà si nombreux…

 

 

.

 

BRUNO RUIZ

2018

 

.

 

 

bruno