Elle voudrait la paix des eaux tranquilles
et des vastes plaines

le souffle bleu du froid à givrer les cils
et la clarté dans les regards

le pur des cimes où rêvent les grands oiseaux
et les baisers du ciel, un peu de lait sur les lèvres.

Elle voudrait l'envol de ses mots tendres
vers ceux qui en manquent

et le silence juste après la pluie
comme un écho.

Elle voudrait l'accord juste, la résonance belle
tout ce qui s'attire, s'allie et se scelle

tout ce qui va dans le même sens.

Elle voudrait les confidences douces
chuchotées, et les caresses à peine

quelque chose qui la délivre
et lentement l'élève vers le meilleur d’elle.

elle voudrait se sentir vivante

mais c’est une fille qui chancelle
étreinte par le soir et la mélancolie.

 

 

.

 

 

PAT RYCKEWAERT 

 

 

.

 

 

 

hugo de cesare2

 

 Oeuvre Hugo de Cesare