samedi 15 octobre 2016

JE ME SUIS HABITUE

Je me suis habitué à cette terreur lente, À la défaite acceptée, au profit de la mort. Dans ma voix se dessinent des îles, Mais les amis ne savent pas que je converse avec les morts. Heureux d'une journée, d'une rencontre au bord des routes Avec le cantonnier, ou, appuyé sur un bâton, Avec quelqu'un qui est déjà plus qu'un berger... La chair a une odeur de soufre. Mon poids s'est augmenté de ma fatigue et de sagesse. Il y a des portes dans les aires naufragés Et nous marchons, serrant au poignet Cette paresse, cette présence, une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 10 mars 2011

ROBERTO JUARROZ

 L'inépuisable lutte entre les êtres est la première condition d'être . Être une rose c'est lutter contre une autre rose , visible ou invisible , contre toutes les roses . Et même plus : c'est lutter contre ce qui n'est pas une rose . Et plus encore : c'est lutter contre sa propre absence de rose . La lutte scandaleuse entre deux êtres qui s'aiment est une évidente affirmation d'être . La défaite de l'amour est son triomphe . .ROBERTO JUARROZ .  
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 21 octobre 2010

D'AVOIR AIME

D’avoir aimé qui mal aimait Il me reste une déchirure Une douleur une douleur Et je n’attends que le repos Le temps le temps fait mal son œuvre Qui n’oublie pas qui n’oublie rien Qui fatigue les corps repus Du désastre et des souvenirs Et rien et rien jamais n’efface Cela qui sourd au creux de soi Comme un écho comme un écho De ce temps-là qui toujours bat L’amour l'amour est sans espoir De celle-ci venue trop tard Venue ici comme une aurore Sais-tu il est toujours trop soir La fin même ne pourra pas Qui n’enterre que les ombres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,