jeudi 18 octobre 2018

NOUS Y VOILA, NOUS Y SOMMES...LA TROISIEME REVOLUTION

Merci à  Ananda   " Nous y voilà, nous y sommes.Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie... [Lire la suite]

samedi 11 février 2017

L'IMPROBABLE...Extrait

Quand nous avons à défier l’absence d’un être, le temps qui nous a dupé, le gouffre qui se creuse au cœur même de la présence, ou de l’entente, que sais-je, c’est à la parole que nous venons comme à un lieu préservé. Le mot est l’âme de ce qu’il nomme, nous semble-t-il, son âme toujours intacte. Et s’il dissipe dans son objet le temps, l’espace, ces catégories de notre dépossession, s’il l’allège de sa matière, c’est sans porter atteinte à son essence précieuse et pour le rendre à notre désir.   .   YVES BONNEFOY  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 16 novembre 2013

LA MÊME HISTOIRE

Il n'y a pas de mot pour direla clameur qui remonte des ports et des chantierset des cités du monde partout dans la nuit blanchela clameur lancinante qui remonte du silencepas de mot pour la direEt pas de mot encore pour direl'histoire sans fin de tous les joursde toutes les nuitsà regarder venir ce qui ne vient jamaisqu'à la fin de l'histoire et l'histoire est sans finet l'histoire est sans finOui c'est toujours recommencer cette route au hasardun café le matin la caillure des machinespasser et repasser de ces mots mêmes motssur la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 juin 2013

LES REVOLUTIONS

Les révolutions ont une peau de bébé  un appétit d'ogre Elles avancent et laissent dans leur sillage des hoquets de sang Tant de lumière! Chaque geste a un air d'idéal "Comme je me sens meilleure…" Epaulées par les bras experts de vieux pays elles oscillent entre fraîcheur et cruauté et enjambent dans la joie des gouffres à leurs pieds   Les révolutions meurent jeunes Nées déjà adolescentes elles sourient à de vieux maquereaux  qui guettent leurs frayeurs    Puis l'ogre l'emporte elles... [Lire la suite]