mardi 16 février 2021

UN PEU DE RÊVE....

C est un jour silence, un jour blanc , sans nuance, sans présence. Juste la neige derrière les carreaux, supprimant la couleur, impose la brillance. Ces éphémères couches de transparence qui nous basculent dans une froideur intense et dans un monde nouveau, se révèlent être la seule attirance.     Le jour blanc vire à l 'éclatant sous le ciel assombri. Derrière les carreaux le regard s'appuie, et s'enfuit au bout de la nuit. On se croirait seul sur une lune de fine porcelaine qui se craquellera à la moindre source de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 18 février 2019

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Un autre jour viendra, féminin,à la métaphore transparente, accompli,adamantin, nuptial, ensoleillé,fluide, sympathique. Personne n’auraune envie de suicide ou de migration, et tout, hors du passé, sera naturel, vrai,conforme à ses attributs premiers.Comme si le tempsdormait en vacances…« Prolonge le beau temps de ta parure.Ensoleille-toi à l’astre de tes seins de soieet attends la bonne nouvelle. Ensuite, nous grandirons. Nous avons du tempspour grandir après ce jour… »Un autre jour viendra, féminin,au signe chantant, au... [Lire la suite]
dimanche 25 juin 2017

JEAN LAVOUE

J’ai cru que le jour était videJ’ai demandé pourquoiJ’ai cru que la nuit était videJ’ai demandé pourquoiJ’ai cru que le cœur était videJe l’ai pris dans mes mainsJe l’ai vu s’éclairer et brûler peu à peuAlors j’ai cru que l’homme un jour enfin vivraitNon par quelque miracle venu du bout des cieuxMais par cette chaleur qui tremble dans ses mainsAlors j’ai fait ce rêve d’une terre habitéeOù l’arche et la colombe enfin seraient sauvéesJ’ai cru que chaque oiseau promettrait le soleilJ’ai cru que chaque enfant annonçait le matin   .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
lundi 16 mai 2016

DE L'AURORE...Extrait

Plus encore que le silence des ténèbres l'aube est annoncée par un silence spécifique, un silence révélateur que l'inquiétude de celui qui attend ou espère ressent comme une imminence: "Elle vient , elle est en train de venir". Le condamné, non à mort, mais à mourir, le ressentira d'une manière impossible à transcrire, même si il lui est donné de continuer à vivre . Mais si l'on n'espère ni ne craint, alors arrive la révélation de ce silence par lui même, sans promesse aucune. La promesse voile si souvent la présence réelle, la... [Lire la suite]