Des instant, des heures,
des jours ...
toute une vie comptée
sans répit, sans relâche,
sans parvenir à savoir
qui t'habite,
où commence
le couchant de ton être."

 

"Où es-tu ?
Du vent dans les plaines
de la chair,
des pluies qui se meurent
dans leur sang.

Où es-tu ?
Dans le sous-sol des os
le néant
poursuit les Mages.

Où es-tu ?
L'étoile se tarit
aux cieux ;
un trou noir
va naître."

 

"Devant le miroir
comme devant la mort :
au-delà
quelqu'un que tu ne reconnais
plus,
au-delà
le désert qui habite
son regard,
au-delà
les lambeaux de silence,
bandages sur l'orifice
de sa bouche."

.

.

.

HORIA  BADESCU

.

.

.

champhdrun_Edit_2