Il avait tatoué sur son coeur
              le nom intraduisible
              d'une femme de néant : Nada

Nada, ma nuit de rien
              Nada, mon ombre fauve
              Nada, pour le rire et le non

Il psalmodiait avec ivresse
              ce mantra de carbonne
              en souvenir de l'or

Nada, ô ma sultane
              Nada, ma déchirure
              Nada, pour la fin des fins

Sous son masque de cendre
              il suivait du regard
              une sombre déesse

Nada, au goût d'orage
              Nada, de corps et d'esprit
              Nada, qui efface tout

 

Nada, portée à l'infini

.

.

.

ANDRE  VELTER

.

.

.

0111_0169_juedin_aus_tangerCHARLES_ZACHARIE_LANDELLE

Oeuvre Zacharie  Landelle