Un peu de pierre 

dans nos regards.

 

Je t'ai rêvée

depuis l'écorce de tes racines.

 

Eteins cette page d'oubli,

traduis plus bas tes mots

dans l'autre langue

où tout sera dit

le dit et le non-dit

 

Et qu'on répète pour toi

les mots de feu

qui nous ont traversés.

 

Avec la soif du vide.

 

....

 

Un nid de blé

qui se souvient des corps heureux,

des corps serrés, des bouches avides

avec leurs cris.

 

Un souffle

qui cherchait à se mêler

à notre voix.

 

Nos gestes légers

que l'herbe humide

a retracé sur notre peau.

 

Nos jambes déracinées

et la chaleur

qui a tissé ce voile tremblant

que l'aube a déchiré.

 

.

 

EMILE HEMMEN

 

.

 

EMILE