Je suis femme par les deux plateaux de mes mains

Comme deux générosités ouvertes

Je suis femme par la savane brûlée de mes yeux

Et par le bouclier de mon front  derrière lequel luttent mes pensées et mes rêves

Je suis femme par l’audace de mes lèvres où viennent pondre les baisers

Je suis femme par l’écho de mon prénom qui roule dans les vallées de la vie

Je suis femme par l’étreinte de mes bras autour du soleil

Je suis femme par le berceau de mon ventre

Je suis femme par la poulie de mes hanches où remonte l’eau vive de mon désir de femme

Je suis femme par l’unique étoile où s’accrochent les nuits

Je suis femme comme la terre est ronde

Je suis femme par la flamme de mes jambes au bal des songes

Je suis femme sans maître

Sans laisse

Sans vigile

Celle qui ne tombe pas

Celle dont les fruits repoussent sans cesse à force de mourir

Celle qui soulève les sphères de l’univers

Celle qui arrose les bourgeons du jour

Je suis femme pour rien et pour tout

Pour que le monde soit moins seul

Pour la vie

Et pour l’équilibre du monde

 

.

 

ERNEST PEPIN

Faugas

juillet 2011

 

.

 

maya-angelou-