Du marine des ombres
à la couleur du vin coupé 
il y a toujours en nous
un éclat d’enfance.

Il y a le froid des murs de pénitence
le brouillard dont on émergeait 
si lentement
les voix trop assurées
dont la distance nous étourdissait.

On allait en aveugle
bousculés par les jours.
On résistait peu
tout attentifs aux brasiers de nos âmes
à l’impatience de nos mains.


Maintenant
on écrit comme on ravaude
pour combler à points serrés
pour garder fixés les mots nomades.

Il y a toujours quelque chose
d’étonné en nous
l’accent de la terre natale
nos pensées de l’un à l’autre hésitant
tantôt voiles
tantôt ancres…
.
.
.
.
AGNES SCHNELL
.
.
.
.

de-felice-

Oeuvre Françoise de Felice