Remerciements à Marie-Paule et Raymond Farina ...

 

.

Fleuve, méditation, vaste, grave, si calme

malgré l'orage et tant d'angoisses vagabondes,

la guerre que se font les roussettes stridentes

autour du grand palmier et la nuit obsédée

 

d'insectes inconnus, d'hystériques cigales

et ces terreurs surgies des généalogies

après avoir drainé l'amertume des morts.

Mais comment faire taire, et comment effacer

 

ce théâtre entêtant d'apparences coupables ?

Le sais-tu toi qui prends le Destin pour un ange

et cherches vainement le sens en l'Insensé,

 

frêle, forte, patiente, o tendre Schéhérazade,

lisant à haute voix les Mille et Une Nuits

à l'enfant qui n'entend que les voix qui le hantent.

 

 

 

.

 

 

RAYMOND FARINA

Bangui, 1989

(Extrait de Exercices,

L’Arbre à Paroles, 2000)

 .

 

.

 

mohammed racim3

 

Oeuvre Mohammed Racim