Un riche de tes connaissances, lecteur, quand bien même lointain est nécessairement dans la liste de tes amitiés précieuses. Quand il tombe, tu l’acclames martyr de ses bonnes œuvres, de sa morale et de sa droiture. Attristé, tu implores, dans le doute, le secours divin en vociférant sa réussite sociale en prétentieux frimeur comme si le mérite t’en revenait. Mais, un pauvre quand il tombe écrasé sous les feux fades et trompeurs de la cité, quand bien même il t’est proche, il n’est subitement qu’une vague connaissance. Tu enflammes du feu des titans ton seigneurial dédain pour l’indiquer victime de ses fausses amabilités et de ses vices cachés. Tu parles alors de certitudes dans le châtiment divin.
Ainsi, 
Quand le riche arrache des droits, il a de la fermeté.
Quand le pauvre réclame les siens, c'est un entêté.

Quand les deux rejettent les idées reçues
Le riche a de la clairvoyance.
Le pauvre a de l'outrecuidance.

Quand les deux accusent du retard dans une tâche
Le riche est soigneux, le pauvre est fainéant.

Quand les deux exécutent vite leurs tâches
Le riche est studieux, le pauvre bâcle.

Le pauvre dans un petit commerce : il magouille, 
Le riche dans des transferts suspects : il se débrouille.

Quand le pauvre se montre aimable, il est forcément hypocrite 
Quand le riche est détracteur odieux, c’est de notre fausseté qu’il s’acquitte !

Quand les deux te rendent visite
Le riche t'honore, le pauvre te dérange.

Si les deux citent tes carences
Le riche est franc, tu rougis de honte
Le pauvre est insolent, tu rougis de colère

Quand les deux abusent d’une fille
Le pauvre est un criminel
Le riche souffre d’une addiction au sexe

Le riche est particulier, le pauvre est individu
Le riche est portefeuille, le pauvre est portefaix
Le riche est caravanier, le pauvre est migrant
Le riche se promène, le pauvre vagabonde.
Le riche drague, le pauvre embête
Le riche s'éclate, le pauvre chahute.
Le riche est économe, le pauvre est radin.
Le riche a des faiblesses, le pauvre a des tares.
Le riche critique, le pauvre dénigre.
Le riche s’enivre, le pauvre se soûle.
Le riche rend, le pauvre dégueule.
Le riche se soulage, le pauvre chie.
Le riche demande, le pauvre prie.
À leur mort, le riche s'éteint, le pauvre crève...

La question d’individu fausse tes pensées, ton arbitrage et ta lucidité. Tu loges dans la tornade des débris de sons et de fureurs. Ton adresse est fébrile au croisement du vent et de la raison, "hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère".

 

 

.

 

 

 

DJAFFAR BENMESBAH

 

 

.

 

 

 

Safet ZEC2

Oeuvre Safet Zec