ELENA ZAKAIA

 

Nilda Fernandez par Elena Zaïka

 

.

 

Juste une ivresse
Pour que l'on cesse de boire
Une cicatrice
Pour que l'on puisse y voir

Où que l'on aille
Nos fiançailles

Juste une audace
Pour qu'on s'embrasse un peu
Une friandise
Pour qu'on attise le feu

Où que l'on aille
Nos fiançailles


Fuerte, fuerte
Y con la muerte
Voy a hacerte una canción
Dentro, dentro
Y con el viento
Me atormento sin razón

Où que l'on aille
Nos fiançailles

Lourds sont nos promesses et nos liens
Courts sont les kilomètres en train
Sourds ses mots d'amour et les miens

Sourds ses mots d'amour et les miens

Juste une ivresse
Pour que l'on cesse de boire


Une cicatrice
Pour que l'on puisse y voir

Où que l'on aille
Nos fiançailles

À la mi-juillet
Quand on soupire aux portes
Quand le cœur nous emporte
Et qu'on a mal aux reins
Et qu'on se dit que rien
N'est aussi prestigieux
Que les sommets neigeux
Quand on se dit peut-être
Ce que l'on voudrait être
Juste au-dessus des règles
Quand on se dit qu'on peut être...
Un aigle

 

 

.

 

NILDA FERNANDEZ

 

.

 

 

.

 

Une tache, une ombre et dans le désert
Des traces de poudre et de safran
Des taxis blancs, des claquements de portières
Un vrai mélange de sentiments
Madrid, Madrid, le prix que je paie
C'est encore quelques heures sans sommeil 
Pour me souvenir de toi
Puerta del Sol, station du métro
Sortie vers la Plaza Mayor
Je suis à l'heure, je crois même que j'en fais trop
Une vraie doublure dans un décor
Madrid, Madrid, tu peux me faire signe
Tu peux brouiller mes mots sur la ligne
Quand je parlerai de toi
et jusqu'au dernier détail
(Miroir, si has de ser mi espía) ses yeux derrière un éventail
Madrid, Madrid, les choses que je pense
Ont un p'tit air d'accordéon rance
Quand elle n'est pas avec moi
Madrid, Madrid, le prix que je paie
C'est encore quelques heures sans sommeil 
Pour me souvenir de toi
Toda una tarde en el retiro, echando piedras a un farol
Els meus amors se han derretido con tanta luz y tanto sol
Madrid, Madrid, me pongo triste
Al ver lo bien que tù te vistes si se han de reir de ti
et jusqu'au dernier détail
(Miroir, si has de ser mi espía) ses yeux derrière un éventail
Une tache, une ombre et dans le désert
Des traces de poudre et de safran
Des taxis blancs, des claquements de portières
Un vrai mélange de sentiments
Madrid, Madrid, me desesperas
De tanto mover las caderas, se van a reir de ti
.
.
.
NILDA FERNANDEZ
.
.
.

 

 .

 

 

.

 

 

.

 

 

.

 

 

Nana niño nana,
del caballo grande
que no quiso el agua,
que no quiso el agua
el agua era negra
dentro de la rama
cuando llega al puente
se detiene y canta
quién dirá a mi niño
lo que tiene el agua
con su larga cola
con su verde sal
duérmete clavel
que el caballo
no quiere beber
duérmete rosa
que el caballo
se pone a llorar.

 

.

 

FEDERICO GARCIA LORCA

 

.

 

.

 

 

.