Pour Ulysse, s’il revient en Armorique
.
.
.
.
Ô Sud, Sud, Sud bien-aimé
je veux te fiancer à Belle-Île
à Groix et à Molène
t’offrir des brassées de genêts
et des reposoirs de laine.
Ô Sud tant aimé
voici la fille du ponant
voici la presqu’île et le port
.
...
.
Mais j’aurais aimé que dans ton sein de roc
vinssent chanter les canaris
et croître les oliviers
j’aurais aimé resculpter ton visage
dans l’argile berbère
et dans le bronze Targui.
.
...
.
Ah quand allierai-je à tes noroîts
le miel des aurores africaines ?
Ah quand allierai-je la vigueur de tes chênes
à la sensualité des figuiers ?
.
...
.
Et ceci sera mon testament
à mes Berbères je lègue
les oiseaux des Glénans
et le sourire de Concarneau
à mes Berbères je lègue
l’allégresse des fontaines
et les printemps du pays Gallo.
.
...
.
Et ceci sera mon testament
à mes amis je lègue
l’alliance de l’Ouest et du Sud
le mariage des dolmens
et des mosquées
et les fiançailles des roses
d’avec les oliviers.
.
.
.
.
.
.
.
XAVIER GRALL
.
.
.
.
.
.

brehat2