- Alors qu'est-ce qu'on fait ?
— L'amour.
- T'es sûr ?
- Ouais.
- Bon, je me déshabille.
- Et pourquoi tu te déshabilles ?
- Eh bien, pour le faire.
—Qui t'a dit qu'il fallait se déshabiller pour FAIRE L'AMOUR ?
- Eh bien, à ma connaissance, c'est comme ça qu'on fait.
— Non, ce n'est pas la seule façon de faire l'amour.
- Et comment alors ?
— Il suffit de garder vos vêtements et de discuter jusqu'à ce qu'on en ait marre, rions pour rien et pour tout, regardons-nous lentement jusqu'à essayer de nous déchiffrer.
Avec moi tu n'as pas besoin de te déshabiller de corps mais d'âme, regardons-nous juste jusqu'à en rester sans voix, et là, à cet instant où les mots sont insuffisants pour expliquer ce que nous ressentons, dans ce silence infini nous pourrons enfin nous toucher. Comprends-tu ?
- Nous toucher ?
—Oui, nous toucher avec la tendresse docile d'une caresse qui s'étend tendrement jusqu'à mourir dans un câlin.
- Oh, c'est beau.
— Regarde, peux-tu me laisser te tenir la main ?
- Ouais.
- Tu sens ? c'est une des façons de faire l'amour
C'est de ça qu'il s'agit
Garde juste tes vêtements et discutons jusqu'à ce qu'on en soit fatigués, regardons juste notre bouche, nos cils, nos lèvres pendant un moment et si le baiser est nécessaire, il viendra sans demander la permission.
Parlons jusqu'à ce que je connaisse tous nos souvenirs, jusqu'à ce que je connaisse nos secrets les plus profondes, laisse-moi te regarder jusqu'à la plus extrême et la plus exquise des délices, laisse-moi te regarder l'ÂME jusqu'à ce que ces yeux abandonnent et me forcent à baisser les s paupières m'incitant à dormir.
— Et tu vas les forcer à rester ouverts ?
—Oui, pour te regarder toute la nuit...
Seulement toi
.
.
.
.
.
GABRIEL GARCIA MARQUEZ
.
.
.
.

Lâme-soeur2,,