Dès cet instant, comme un départ vérifié au loin,
sur de funéraires gares de fumée ou des jetées solitaires,
dès cet instant je le vois se précipitant dans sa mort,
et sens derrière lui les jours du temps qui se referment.

Dès cet instant, je sens qu’il part, brusquement,
se précipitant dans les eaux, mais quelles eaux, quel océan,
et ensuite, sous ce choc, des gouttes surgissent et
je sens se produire un bruit,
un bruit déterminé, un bruit sourd,
une trombe d’eau fouettée par son poids,
et de quelque part, de quelque part je sens que ces eaux
sautent et éclaboussent, ces eaux m’éclaboussent et vivent comme des acides.

Son habitude de rêve et de folles nuits,
son âme désobéissante, sa pâleur apprêtée
dorment enfin avec lui, et il dort,
parce que sur la mer des morts sa passion s’est effondrée,
naufrage violent, union glacée."

.

PABLO NERUDA

.

PIERRE