Avant de quitter ce monde, Christine Lièvre nous a laissé ces traces d’une rencontre avec la vie. Ces traces s’appellent « poèmes ». Elle les a dédiés « aux Enfants du Monde et à la Vie », et considérait que ces poèmes étaient là pour venir en aide à ces enfants, des enfants habitant en Inde, notamment, auxquels vont les recettes modestes de ses recueils. Parce que la poésie est invitation à faire une place au plus petit.
Avec Paul Celan, par-delà le pont de la mort qui traverse parfois les voies ferrées, elle aurait pu écrire cette parole de vie : « Je ne fais pas de différence entre un poème et une poignée de main. »
Cette main qui écrivait des poèmes et que Christine Lièvre a si souvent tendue pour aider les autres, adolescents en difficulté, personnes âgées, nous ne pouvions que lui rendre hommage.
Elle était poème, à sa façon, tendue pour cueillir nos « pétales de silence »…(Frédéric le Dain)

Il est possible de se procurer l’ouvrage de Christine Lièvre, Pétales du silence, à l’adresse suivante : Monsieur Roger Lièvre, L’Apié, 13610 - Le Puy Sainte Réparade ou Roger Lièvre : roger.lievre@orange.fr

.

Le premier matin

La nuit s’écroule
aux pieds de la rosée.

L’instant soulève l’ardent.

Les jours d’attente
sont en flammes.

Un regard atteste tout.

Les ronces sont en fleurs
blanches
comme le premier matin.
Toi
tu étreins les vagues
qui me mettent au monde.

***

 

1230134575

.

 

L’or de l’instant

La blancheur du ciel
qui souligne nos gestes,
la fumée des besognes
s’ajoute à la beauté.
C’est un jour de la Vie,
fragment d’humanité,
la main de l’Ange
à notre épaule
et nous, penchés
à recueillir

l’or de l’instant.

.

CHRISTINE  LIEVRE