Peut-être une faille qu'ouvrait
Dans le flanc rocheux le silence

souffle qui fut là de toujours
poumon clair d'esprit dans la pierre

levant le pain très blanc d'un cri
dans le corps sombre des basaltes –

fenêtre éclose dans nos mots
l'esprit indivis parlant à l'esprit

un troupeau paisible de chèvres
broute l'odeur du vent salé

falaise et mer, corps et visages
plis et creux d'un même rayonnement

le mutisme soudain des eaux
dépliant d'un coup l'inimaginable

(...)

.

LORAND GASPAR

.

crf3_11