On entend le bruit de l'eau.

Que lave-t-on ainsi dans le ruisseau de solitude?

La robe de l'instant est pure de toute tache.

Et vaquent au soleil de fin décembre

L'écho des neiges,

        corde de la vision,

                                      gouttes suspendues de l'Heure.

La fraîcheur imprègne les briques,

pénètre les ossements du jour.

Que cherchons-nous donc?

La vapeur de la saison enveloppe nos mots.

La bouche, une serre où s'échauffe la pensée.

 

Il y a des voyages qui t'aperçoivent dans les ruelles étroites de leurs songes

Et dans les contrées lointaines, les oiseaux se félicitent de t'avoir rencontré.

 

Pourquoi les hommes ne savent-ils pas

Que la capucine n'est pas un hasard,

Et que l'oeil du hochequeue

Porte le reflet des fleuves qui s'écoulaient hier?

Pourquoi ne savent-ils pas

Que l'air est glacial

Dans les fleurs impossibles?

.

.

.

SOHRÂB SEPEHRI

.

.

.

bergeronnette_grise