Le ciel passait
      Par dessus les murs

      Des jardins.
      Chacun découpait
      Son drap du jour
      L'air fut bruissant d'anges
      Mitoyens.
      Des autres
      J'avais connaissance
      Par le ciel.


      Il y avait une lumière fraiche sur la route
      Le croisement restait vide
      Ici et là se balançaient doucement.
      Le soleil incrustait dans toutes les vitres
      Ses diamants fervents.
      Sur la pelouse devant la maison
      Une petite fille en robe verte
      Tenait une poupée par la main.
      Souhaitant l'ombre,
      Elle souriait vers celle qui tirait
      Les traits de feu.

      Elle te cherchait toujours du regard
      Toi, qui vivais à sa place
      Qui sauvais tout,
      Fermant vite les yeux pour te laisser
      La part plus belle.
      Elle avait tout juste le présent :
      Mince bande de sable déjà humide des premières
            vagues,
      Toi, tu avais tout son temps.

 

      Où se sont accumulés les jours
      Dans quelle tête absente ?
      Grenier de semences
      Tiroirs de vent, bassins de pluie,
      Feux de soleil...
      La mort est le lieu
      Des choses
      La vie
      Est le miroir réel
      L'espace
      Entre quatre yeux

      Par -dessus les murs, le ciel
      et le jardin tant de fois revu en rêve,
      le poirier n'abrite plus personne
      et l'échelle a été enlevée il y a longtemps.
      Comme un mandala vide, la pelouse,
      s'y tenir au centre c'est tomber dans un puits
      qui traverse le temps.
      Transposer cette chute en distance franchissable,
      c'est restituer la présence absente,
      renaître au sourire mortel de l'amour,
      d'en bas je vois le cercle pâle du jour.

      Je  ne  veux  plus marcher dans
      les  chemins  creux,  ni  sur  les
      routes  escarpées.  Il   me  faut
      un  dallage  lisse  pour  que   la
      maigre coulée de ma tête ne se
      perde pas en  écume contre les
      cailloux de hasard.

Il y a un monde créé par le souffle des sensations,
de parfums et de lueurs trouvés au bout de longs
couloirs raccourcis dans l'instant.

Un monde où nous nous éveillons autres en nous -
mêmes, la certitude d'un rêve arraché colorant encore
nos yeux de jour.

Un pays sans profondeur où les choses déversent
sur nous comme des vagues, nous laissant un corps
d'écume.

Ce sont les oiseaux qui gardent l'accès, le ciel est
un bruit d'ailes, la terre, un pied nu dans l'herbe.
Nous connaissons le proche d'un lointain infini.

      Des choses si simples
      Une chambre, un lit
      quelqu'un qui dort
      ou qui ne dort pas
      une respiration de mots
      jamais dits
      entre les murs
      qui abritent ailleurs
      maintenant

.


HEATHER DOHOLLAU

 

.

jhvc67xm