Merci Agnès...
.
La nuit à peine repliée
une note / basse
griffe le silence

une lente mécanique
se dégage
de la rouillure
de la frilosité du limon

un bourgeon de chant
essaime

des voix palpitent
réveillent les chairs
pénètrent la couleur

bientôt des tentatives
s'échappent
fusent de partout

elles modulent des roulades
des redondances
telle une crue qu'on ne retient pas

dans la gorge rien qu'un chant
miel sauvage
fruit acide

sous la gangue
sables mouvants
et fièvres avant la lassitude
balbutiante

sous l'écorce durcie
l'amour
jusqu'à l'absurde incandescent.
.
.
.
.
AGNES SCHNELL
.
.
.
.

agnes