la lumière seule sépare le jour de la nuit

        la seule lumière arrimée à tes silences

   te dit au milieu des rumeurs

que miroitent les étoiles

    fulgurances aux paupières

        ouvertes

 

                    tes paroles anciennes défigurées flottent dans la brume

              dans les larmes des rochers solitaires assiégés de fracas

   diluées dans le vitriol des haines

                             tes paroles dansent au-devant de mes yeux

                                                        insaisissables

 

                                                       les prières s’effritent contre les parois

                                                                                                      rêves décimés

                                             seuls demeurent

                                       de vides lendemains

                                    défigurées     tes paroles

vont et viennent entre midi et minuit

                              reviennent   se balancent entre les effluves de ce jasmin

que l’on dit reine de nuit

   et l’indolence inodore des bougainvilliers qui se déhanchent à bout de tige

               reviennent entre minuit et midi tes paroles aux ailes décolorées

 

te souviens-tu des landes de l’exil aplanies par les vents douteux

        des tracés obscurs qui ne font aucun sens

                 te souviens-tu de ces éclats d’émeraude

                      que m’offrait la mer à chacun de tes pas libérant l’écrin d’un sourire

                                   te souviens-tu

 

seule la lumière sépare la nuit du jour

la lumière seule

arrimée

à l’écho du silence


.
 

VINOD RUGHOONUNDUN   

(août 2008)

.

 

swoon,

Oeuvre Swoon