S’est accroché aux arbres ce drap bleu, clair, presque blanc
Fait pour un lit d’enfant, sa naïveté de ciel pur,
On y pressent
Des nuages de soie et des poupées
Le monde, juste en dessous,
Ne fait aucun effort mélange des vacarmes et des murmures
Le zinzillement des tondeuses le klaxon des voitures
Un peu de folies d’hommes des aboiements
Regarde
Passer la vie
Avec les yeux
Et n’y touche pas

 

.

 

ALEXO XENIDIS

 

.

 

 

DRAP ARBRE2