Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
EMMILA GITANA
Archives
Visiteurs
Depuis la création 1 607 413
Newsletter
15 août 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Même si je dois cueillir les pluies
aux sillons de tes os

Mâcher la terre crachée de tes lèvres
Semences d'oiseaux nichés dans ton crâne

Ma demeure, les murs aux foudroyants frissons

Ouvrir les trouées sédimentées des montagnes où jouissent les rivières,
les jambes déployées aux flancs des crues splendides

Élève ton coeur jusqu'à la cambrure du ciel
Tes anges aux vols blessés dans la nef minérale des sources

Mon intransigeance poussée dans le fatras des corps, l'axe époustouflant des assomptions

Nous ne parlerons qu'aux bêtes traquées
La fourche caudale des cris extrêmes

Embrasse les arbres encore debout
Frotte ton sexe à leur sève silencieuse
Bois les cascades cotonneuses du fromager

La concrétion des esprits et tout le voyage des sens ravagés

Une même ferveur creusée à l'ombre des mancenilliers, les écorces vermoulues
où tu as vu tomber les fruits du crépuscule

À la postérité et à nos vies sauvages, envolées avec les papillons

La forte odeur des gouffres d'où nous sommes sortis victorieux

Le flux Intarissable du pourrissement
Le poids difficile des tragédies

Dressons nos rêves aux portes de l'Atlantique
Notre radeau ballotté sur ce que fut le temps

 

 

.

 

 

THIERRY MATHIASIN

 

 

.

 

Hiroko Otake

Oeuvre Hiroko Otake

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité