dimanche 3 avril 2016

PARTI DES OISEAUX

Une paire d'oiseaux, un jour se laissa choirAu bras d'un arbre qu'elle voulut pour perchoir;Avec leur bec planté en face des montagnes,Les deux oiseaux vivaient une vie de cocagne.Mais la main d'un enfant empoignait une crosse,Un pistolet à plomb qui mit fin à leurs noces.Car, ce bout de métal, sinistre furibond,Violemment fit un " boum " et l'oiseau fit un bondDe la première larme à la dernière ride,De destruction, de mort, les hommes sont avides,Au point de mettre fin, en toute gratuitéA la vie d'un oiseau, fruit de la liberté.Sous... [Lire la suite]

jeudi 12 novembre 2015

CECI N'EST PAS UN POEME

Les bêtes que l'on exploite, que l'on torture, que l'on massacre, sont mes semblables, mes frères, au même titre que les humains que l'on exploite, que l'on torture, que l'on massacre. Je suis atterrée, j'ai honte, d'appartenir à une espèce dont la jouissance réside dans le geste et le spectacle de la douleur et de la mort infligées à autrui. Ceux qui jouissent et légitiment les souffrances qu'ils provoquent, sont ignobles. J'accuse les chasses, les pouvoirs, l'argent, les jeux du cirque, d'être des faire-valoir du mal sous couvert... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 21 octobre 2010

LE TEMPS, CE GRAND SCULPTEUR...Extrait

Qui sait si l'âme du fils d'Adam va en haut, et si l'âme des bêtes va en bas ? Ecclésiaste, III, 21.                  Un conte des Mille et Une Nuits rapporte que la Terre et les animaux tremblèrent le jour où Dieu créa l'homme. Cette admirable vision de poète prend toute sa valeur pour nous, qui savons, bien mieux que le conteur arabe du Moyen Âge, à quel point la Terre et les animaux avaient raison de trembler. Quand je vois du bétail et des chevaux dans un champ,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 22 novembre 2009

HUMANISME ET MYSTIQUE...Extrait

La conscience ne peut se soustraire à une éthique de l'amour et du respect pour toute vie. Il faudra que la philosophie abandonne l'ancienne éthique aux limites étroitement humaines et qu'elle reconnaisse la valeur d'une éthique globale, élargie au-delà de l'humain. En revanche, les partisans de l'amour pour toute créature doivent bien mesurer les difficultés que soulève leur éthique et se résoudre à ne pas jeter un voile sur les inévitables conflits qu'éprouve chacun de nous . ALBERT  SCHWEITZER .
Posté par emmila à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 14 octobre 2009

LA CORRIDA DU 1er MAI...Extrait

Le principe d'une corrida ne vient-elle pas de ce que son principe même est inconcevable ? Quoi ! On exige d'un animal qu'il défende une cause perdue sous prétexte qu'il ne la sait pas perdue d'avance. On l'élève pour être dupe. Dès qu'il entre sur la piste, la lumière l'aveugle, il se demande à juste titre où il est... (...) D'où vient qu'un sort iphigéniste ne révolte personne ? D'où vient que nos nerfs l'acceptent et que tout un peuple y souscrive ? Ce ne pourrait être, si , pour employer une expression commune et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 9 octobre 2009

ANIMAL

Avoir davantage pitié des bêtes que des hommes, c'est pas très bien vu chez les hommes. C'est considéré comme une sorte de désertion, de trahison, voire de perversion ou d'infirmité mentale. Mais bon dieu, nous sommes hommes par hasard. Tant mieux, j'aime bien comprendre le monde. Et c'est justement parce que je suis homme que je puis transcender cet instinct grégaire, irréfléchi, purement animal qui fait se serrer les coudes aux hommes, les incite à diviniser l'homme par-dessus toute créature. Réflexe spontané, réflexe normal.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 18 août 2009

APRES LA JOURNEE, SOUVENIRS ET VISIONS...Extrait

(...) "D’ailleurs, nous exprimions notre horreur pour les combats de coqs, les concours de pinsons aux yeux crevés, le tir aux pigeons, les courses de taureaux.Mais nous ne savions pas deviner les lâches souffrances infligées à des bêtes par la volupté gastronomique des gourmets ; ni les tortures infernales de l’abattoir ordinaire ou d’un certain genre de vivisection inutilement cruelle et presque sadique.Le langage courant comportait, chaque année, de fréquentes et placides allusions à l’« Ouverture de la chasse »,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,