Par son amour, je vis.

Je sais qu’il ne s’est pas perdu

Corps et biens dans l’oubli. Je sais

Qu’il m’impose une autre vie.

 

 

Pas une éternité peut-être

 

Mais une clairière dans le plein jour,

Mais un destin à fleur d’étoile,

Mais de la rosée sous les pierres.

 

 

Ce n’est que croyance que tout ça,

Juste un oracle à la bouche humaine…

Connaissez ma passion :

Je n’ai jamais autant aimé une femme.

.

.

.

 

.

ANDRE  VELTER

 

.

 

.

 

.

 

 

ANDRE

Chantal Mauduit, décédée le 13 mai 1998 sur les pentes du Dhaulagiri au Népal