... Les premiers pas du souvenir avancent dans l’herbe rase qui désire vivre au plein soleil et se gorger des rêves humides de la nuit. L’herbe était notre compagne. Nous vivions toujours mêlés à sa fraîcheur, complices de l’humble vie qu’elle recelait. Nous arrachions les touffes frémissantes à pleines poignées, en traînant sur l’aire, devant la maison. Nos mains prenaient la couleur de l’herbe, nos pas en gardaient l’âcre parfum. Sous nos yeux patients, elle devenait forêt mystérieuse, quand nous suivions entre ses brins ténus le travail des fourmis affairées qui traînaient avec ardeur des fardeaux écrasants.
Nous étions les seigneurs de l’herbe ; le visage caressé par elle, notre plus léger souffle provoquait bourrasques et tempêtes et jetait un instant le trouble dans cette petite république d’insectes...

.

MAX  ROUQUETTE

.

folle_avoine_17038

.

 ... Los primièrs passes del recòrd caminan dins l’èrba rasa que vòl viure au grand solelh e beure als sòmis banhats de la nuòch. L’èrba èra nòstra companha. Viviam sempre mesclats a sa frescor, amics de la vida umila que rescond. Las matas fernissentas, las arrapàvem a plen ponhat tot rebalant sus l’aire de davant mon ostau. N’aviam las mans verdas e nòstre pas n’aviá l’amar perfum. Per nòstre uòlh pacient s’enauçava au mistèri d’una sèlva, quand seguissiam entre sos fius lindes lo trabalh de las formigas afogadas que rebalavan arderosas de faisses que las escrachavan vint còps.
Erem los mèstres de l’èrba e, lo morre amanhagat per ela, fasiam bufar d’un tèunhe alen de brofoniás e de tempèris que desvariavan un temps aquela paura republica de bestiòlas...

( Version occitane )