jeudi 7 février 2019

ERNEST PEPIN...Extrait

Je vis soudé à mon poèmeBuvard qui absorbe mes émotionsQuand elles débordent du litDe la vieEt dans les pages que j’écrisJe capte toutes les lucioles du mondeBaisers de feuSur les lèvres intranquilles du réelEt l’univers m’accueilleComme un enfant nouveau-néCouvert de motsDe peur De colèreMais aussi d’un collier d’amourQue je porte toujours au couPour conjurer ma vieJe suis mon propre poème qui vaComme un torrentInvente sa merComme un éclairVomit sa lumièreA pas d’homme désarméVers l’innocence de son paysCe drapeau d’humanitéQue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

samedi 6 octobre 2018

TOUTE REVOLTE EST UN POEME

Toute révolte est un poème  Celui de la terrible intuition des hommes silencés Dont le chant d’allégresse s’élève soudain Vers des cieux approbateurs Il en est des yeux illuminés des insoumis Ouverts sur d’autres plaines Comme de leurs bouches monumentales Proférant la langue étrangère à la tyrannie Chaque voix hier encore solitaire Dessine maintenant l’image déconcertante D’un nouveau recommencement-clair-désir De métamorphose La révolte est ce poème d’étonnement de chacun à lui-même Quand il s’atteint par l’enfance... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

LE CARNET DES METAMORPHOSES...Extrait

Le vertige suffocant du mystère de la vie bat dans mes veines   Mon corps entier n'est plus qu'attente.         Je porte la graine      dans mes racines Je soumets ma substance à l'ordre qu'elle instaure   Ces instants de fusion suscitent la métamorphose.     L'inconnu qu'il me faudra déchiffer arrondit en moi le silence de sa sphère   Cette aube à l'affût accueille une autre lumière où conduit toute naissance. .   ... [Lire la suite]
dimanche 28 mai 2017

LES ESPACES DU SOMMEIL

Dans la nuit il y a naturellement les sept merveillesdu monde et la grandeur et le tragique et le charme.Les forêts s’y heurtent confusément avec des créatures de légendecachées dans les fourrés.Il y a toi.Dans la nuit il y a le pas du promeneur et celui de l’assassinet celui du sergent de ville et la lumière du réverbèreet celle de la lanterne du chiffonnier.Il y a toi.Dans la nuit passent les trains et les bateaux et le mirage des paysoù il fait jour. Les derniers souffles du crépusculeet les premiers frissons de l’aube.Il y a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 9 novembre 2016

SUITES MAROCAINES...Extrait

Merci Thami...   Mes chants sont ceux des Hommes libres Nul ne les reconnaît pourtant Ils sont lourds de sens Qui peut les chanter ? Solitaire, je suis entravé Notre chant l’est aussi La corde au cou Ma langue est pourtant vive Elle bruisse encore Au milieu des sourds ; nulle fatigue Le verre plein se doit D’étancher toute soif Mes chants sont ceux des Hommes libres Personne n’en veut Chimères ! dit-on ; On passe et nous abandonne On nous tend piège sur piège et on nous dit : Plus jamais nul ne t’écoutera Quoique tu dises On... [Lire la suite]
lundi 11 juillet 2016

LE BLEU DE LA NUIT CRIE AU SECOURS...Extrait

A force d’attendre j’oublie qui j’attends Oiseau ou femme blessure ou bûcher je scrute la plante j’exige son secret avec des gestes humbles des mots qui apaisent vague me parvient cette rumeur de métamorphose qui travaille mes mains au plus obscur j’épelle ton visage O futur inscrit dans le pas d’aujourd’hui dans l’absence éprouvée dans le silex d’un cri qui résonne au fond dans cette humide patrie des regards et des mots Ce peu de mort qu’obstinément je fouille repousse mes limites jusqu’au soleil du fenouil jusqu’à ce mystère... [Lire la suite]
mercredi 13 avril 2016

LA METAMORPHOSE DE NARCISSE...Extrait

... Narcisse, tu perds ton corps,emporté et confondu par le reflet millénaire de ta disparition,ton corps frappé de mortdescend vers le précipice des topazes aux épaves jaunes de l’amour,ton corps blanc, englouti,suit la pente du torrent férocement minéraldes pierreries noires aux parfums âcres,ton corps…jusqu’aux embouchures mates de la nuitau bord desquellesétincelle déjàtoute l’argenterie rougedes aubes aux veines brisées dans « les débarcadères du sang ».Narcisse,comprends-tu ?La symétrie, hypnose divine de la géométrie de... [Lire la suite]
samedi 27 février 2016

VERHAEREN

Lassé des mots, lassé des livres,Qui tiédissent la volonté,Je cherche, au fond de ma fierté,L'acte qui sauve et qui délivre.La vie, elle est là-bas, violente et féconde,Qui mord, à galops fous, les grands chemins du monde.Dans le tumulte et la poussière,Les forts se sont pendus à sa crinièreEt, soulevés par elle et par ses bonds,De prodige en prodige,Ils ont gravi, à travers pluie et vent, les montsDes audaces et des vertiges.L'action !J'en sais qui la dressent dans l'airTragiquement, sur ciel d'orage,Avec des bras en sang et des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
vendredi 11 mars 2011

JE BÂTIS MA DEMEURE...Extrait

Claire eau qui se livre au prix d'elle-même, il me faut, jusqu'aupoème, passer par toutes ses phases, en respecter les métamorphoseset d'abord la plus mystérieuse, celle qui consiste pour elleà ne pas être l'eau.J'irai la saluer au ciel, là où elle prendindifféremment les noms de nuage et de pluie selon qu'elle dortou qu'elle aime.Je la réclamerai au désir, dans les pleurs des planteset à la terre à chaque pas.Je l'arracherai à la joie,à l'homme dans sa plénitude, au couple pour qui elle se veut un fleuve,à la solitudepour qui elle se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,