Lorsque plonge le soir sur la terre promise

Et que le matin creux à l’aube suspendu

Semble attendre au vantail de quelque saison grise

Un immanent soleil qui surgirait des nues

C’est là que je t’attends sous la voûte alcaline

Entre le limonier et l’olivier frondeur

Sur le jasmin ganté le vent sèche ses pleurs

Et sur l’îlet le ciel tendrement se divise

C’est l’heure des serments et des calembredaines

Des carquois libérés aux brûlots de nos jours

Des horizons sacrés chavirant sur la plaine

Leur corset héliodore et leurs bas de velours

C’est là que je t’attends sous l’arche calamine

Entre le creux du soir et la pointe du jour

Au cou de l'arganier telle une alabandine

L’arcane de la nuit réinvente l’amour

 

.



 
SYLVIE MEHEUT

http://meheutsylvie.over-blog.com/

.

 

 

zao wou ki,

Zao Wou-Ki