Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 612 258
Newsletter
Archives
sylvie meheut
28 août 2020

LE RETOUR DU PRINTEMPS

LE RETOUR DU PRINTEMPS
Et je n’attendais rien Quand tout me fut offert L’étole du matin La voile sur la mer Sur le lilas fiévreux Une écharpe de brume Le baiser du chemin L’archange dans les cieux Et sur le lit défait Un pointillé de lune Tout me fut redonné À la douceur du...
1 juin 2019

SYLVIE MEHEUT...Extrait

SYLVIE MEHEUT...Extrait
Et tout disparaîtra dans un vent de merise L'étang aux farfadets La palombière grise Le grand ciel héliotrope revenu d'Erythrée L'arabesque des voix carrossant la vallée Le casaquin de soie glissant sur la glycine Et tout disparaîtra dans un vent de merise...
21 mars 2019

AU PAYS DE SES SOURCES

AU PAYS DE SES SOURCES
J’aimerais refleurir au pays de ses sources Et n’être plus que mousse entre ses doigts de lierre À son flanc de nigelle épingler mes bruyères Veiller sur son sommeil comme une abeille douce Voyeur ensorcelé par le parfum des mers Voyageur intrépide emportant...
3 février 2019

L'ETRANGER

L'ETRANGER
Un jour tu frapperas à ma porte et ton ombre sera ma lumière Saurai-je alors être digne lorsque ce jour viendra Saurai-je être digne de toi Saurai-je tendre le cœur et sans frémir accepter ton miroir Saisir entre tes cils le sel de ma mémoire Et d’un...
29 janvier 2019

NOS JEUNES HIVERS...

NOS JEUNES HIVERS...
Tu ne m’as jamais rien refusé Pas même l’écorce échancrée de ton regard Pas même les premiers grains de l’aurore quand nous divaguons enlacés à la rencontre de notre amour Pas même, offrande suprême, les papillonnements exaltés du soir quand nous nous...
25 juin 2018

NUIT DE SAINT-JEAN

NUIT DE SAINT-JEAN
J’ai aimé pour mille ans par une nuit semblable Où juin s’époumonait au perron de l’été J’ai aimé pour mille ans et coule intarissable La source cyclamen de nos éternités C’était un soir joyeux de fureur et d’esclandre La venelle riait hétaïre et ambrée...
4 octobre 2017

ET TOUT DISPARAÎTRA

ET TOUT DISPARAÎTRA
Et tout disparaîtra Dans un vent de merise L’étang aux farfadets La palombière grise Le grand ciel héliotrope Revenu d’Erythrée L’arabesque des voix Carrossant la vallée Le casaquin de soie Glissant sur la glycine Et tout disparaîtra Dans un vent de merise...
12 juillet 2017

L'ONDEE

L'ONDEE
Sous son sarrau d'ambre et d'ébène L'ondée aligne ses sarments Comme autant de larmes anciennes Que le vent sème sur les champs Il se fait tard sous la remise Le soir détrousse le jardin Sous le préau lassé s'irise Un crépuscule byzantin La nuit s'en...
7 juin 2017

PETIT INVENTAIRE

PETIT INVENTAIRE
Afin de tous vous remercier pour votre fidélité durant les dix années de l'existence de ce blog de poésies du monde, j'ai choisi ce joli cheminement poétique tout en délicatesse de Sylvie Méheut . . . . . La roselière La santoline Le quartz éolien de...
3 juin 2017

LE CERCLE DE L'AURORE

LE CERCLE DE L'AURORE
Je ne suis pas ce Je majuscule et sans âge, je ne suis pas ce Je apposé dans la marge. Je suis Vous qui passez, compagnons de mirages, multiples de moi-même à l'ombre des noyers. Il m'en aura fallu du temps pour délasser les grandes mains de l'aube que...
11 mai 2017

UN JARDIN SUR LA MER

UN JARDIN SUR LA MER
Je sais un lieu de haute lice Où la livrée du matin joue À robinsonner sous les lys Près des falaises d’amadou Où le déhanchement des îles Grise la Manche qui s’exile Sous son chapelet de Corfou . Je sais un lieu de haute sphère Où les sternes vont poinçonnant...
4 mai 2017

ENTRE ROCHEBONNE ET DINARD

ENTRE ROCHEBONNE ET DINARD
Tout est si permanent Tout semble volubile C’est à peine si l’on pressent Sur le Sillon évanescent L’oisellement bleu de la ville Ô que personne ne gémisse Ô que nulle âme ne périsse À moins de mille années d’ici Que sur le front de marée glisse À la...
21 avril 2017

DONNEZ-MOI DES MOTS D'HOMME

DONNEZ-MOI DES MOTS D'HOMME
À la mémoire d’Albert Camus... . . Donnez-moi des mots d’Homme Des mots qui s’acheminent De Tipasa la bleue aux flancs de Lourmarin Ces mots d’ocre et de feu qui épousent les cimes Délestant le soleil du poids des lendemains Ces mots je les voudrais griffonnés...
12 avril 2017

L'EBLOUI

L'EBLOUI
Je ne sais d’ici que le lent ravitaillement des heures Et le chant incessant écharpant le silence Je ne sais d’ici que l’ongle des sentiers qui écosse la plaine Et la mer au lointain qui lisse ses bas bleus La paresse des îles Le rouet de tes yeux L’indolence...
4 décembre 2016

VENDANGES

VENDANGES
Offrir ce que nous fûmes Et ce que nous serons Aux villes de demain Aux vendanges d’hier Et de nos soifs encore Réinventer la mer Qui rabat en riant Son chaperon d’écume Offrir ce que nous fûmes Et étreindre l’instant Et étreindre l’instant Comme on étreint...
24 novembre 2016

NE PAS TE NOMMER

NE PAS TE NOMMER
Ne pas te nommer Toi qui es De toute arithmétique L’unique dissidence Tu danses Dans l’enfilade bleue De ma mémoire Émargeant de tes voeux L’échelle de la joie À la fenêtre offerte La digue se balance Et le môle en riant Éperonne la mer Vois comme tout...
5 novembre 2016

MAISON NATALE

MAISON NATALE
O mon havre natal Mon quartier Ma relance Ma maison d’autrefois Pointue comme une lance Si joyeuse au-dedans Si grise dans le soir Lieu du premier espoir À nul autre jamais Ne cédera la place Le jardin de jadis Tout empalissadé L’allée des premiers pas...
3 novembre 2016

REVE POUR L'ETE

REVE POUR L'ETE
La roselière La santoline Le quartz éolien de l'enfance La note bleue qui s'illumine Entre l’azur et l’espérance L’allée couverte de Nohant Le guéridon sous la verrière Sur la villa des Églantiers La chrysalide de l'hiver Le front fiévreux de la Durance...
30 octobre 2016

L'EPURE D'UN SOUPIR

L'EPURE D'UN SOUPIR
Il est le vent léger La genèse L’averse Qui parade en riant Sous le sceptre des cieux Alignant le soleil Aux folles espérances Des servitudes bleues Il est l’instant de chair Le verbe retrouvé La satiété La joie La grange le grenier La persienne attentive...
26 octobre 2016

LA CHANSON DE ZORAH

LA CHANSON DE ZORAH
Lorsque plonge le soir sur la terre promise Et que le matin creux à l’aube suspendu Semble attendre au vantail de quelque saison grise Un immanent soleil qui surgirait des nues C’est là que je t’attends sous la voûte alcaline Entre le limonier et l’olivier...
1 2 > >>
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires