vendredi 22 décembre 2017

LES CHOSES FAITES...Extrait

"Les mots s'en vont dans ton souffle et ton souffle dans le courant venu par l'ouverture. Est-ce bien le bruit d'une main qui glisse sur de la peau ou le seul frottement des mots sur l'air? Rien n'a besoin d'être su. La certitude est immobile est lointaine. La vie est son jouet cassé. "          BERNARD NOËL           Photographie Thami Benkirane http://benkiranet.aminus3.com            
Posté par emmila à 17:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 22 décembre 2017

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Agnès Schnell...Deux ans déjà    . Je me souviens....   Pieds nus dans le songe dans la fraîcheur de son eau la main ferme de l'aîeul le village encore assoupi   les mots d'ailleurs lourds en bouche le sourire de l'ancêtre et le gris des jours s'installe en mode effacé.... L'enfance telle une offrande en rouge soleil.   ...   C'était une saison aux rives incertaines une saison sans rambardes où l'infini côtoyait le banal.   En gouttes d'encre on... [Lire la suite]
jeudi 21 décembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il neige de blancs silences sur la mer. Elletout à ses ressacs conjugue etressasse la morte caresse des glaces. La mâchoire des brisants déchiquette encore les souvenirs enfouis : mots-squelettes d'épaves peuplées d'échos de voix et de poissons volants,d'ombres passantes hantant les rêves. Il y a aussi ce chant qui jamais ne finitce chant de haute mer -- de haut Amour. Il y a surtout ce chant de haute mer : loin des amers c'est la caresse du soleil sur sa peau serpentine,le grésil... [Lire la suite]
jeudi 21 décembre 2017

RAYMOND FARINA...Extrait

...   Tu as au bout des doigts l'aurore& tout commence à leur contactDe chacun de tes motsde chacun de tes gestestu sors plus jeune qu'un désertsurpris par ton dernier visagedans l'instant percutantoù tu n'as plus qu'étoile en têteque fraîcheur en mémoire Possible que demain t'élèvetout ce qui t'avait aviliPossible que deviennentferment de force ta faiblesseferment de beauté ta démence& la mort occasion de naître       RAYMOND FARINA           Oeuvre Sarolta Ban... [Lire la suite]
mercredi 20 décembre 2017

ERNEST PEPIN

Je t’envoie une lettreQue l’écume des mers a brodéUne lettre souveraineNée des racines du cœurEt de la parure de ton regard de femmeUne lettre titubanteQui s’accroche à nos souvenirsEnorme coulée du vivreQuand le vivre se fait chair de lumièreD’errance en erranceJusqu’au coquillage premierQui chante dans tes yeux Là où je ne suis pas Ou sur les nuits blanches quand tes lèvres s’exilentDans l’allaitement des étoilesJe t’envoie une lettre écrite sur un papier cadeau Un seul amour l’habiteAu carrefour de nous-mêmesUne lettre... [Lire la suite]
mercredi 20 décembre 2017

SUR LES CLAVIERS

Sur les claviers, dans la désespérance des utopies,je sculpte des mots d'espoir et de larmes sur des avenirs d’enfants.Sur des papiers aphones, je griffonne ce terminal de l'âgeoù la raison se perd dans l'effacement des chemins. Assis sur les certitudes d'un vieux mondequi renie ses crimes, vend ses pesticides,rejette son carbone et marchande la misère,je calligraphie des cris de sang. Je sonne le tocsin quand l'élite vomit son indifférence triomphantealors que dans nos rues et ailleurs, le froid, la faim et le non-droitlaissent des... [Lire la suite]

mercredi 20 décembre 2017

LE BRUISSEMENT DES ARBRES DANS LES PAGES...Extrait

L’écoute du monde intérieur nous ferait parvenirà cette simplicité sans limitesde pouvoir rêver granddans les petites heures du temps ordinaire avec la faiblesse de croireque dans le plus dénuéil resterait encorecette part de ciel et d’amourqui qualifie la vie . .      . . GILLES BAUDRY . . . . Photographie Thami Benkirane  
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 18 décembre 2017

CONSTANCE DES OISEAUX

Saisons des dormances Et nous passons Dans le silence ascendant des arbres Ombres sans ombre au soleil frugal En cette veille Même si tu doutes de la lumière Les oiseaux dépêchent l’aube freinée d’hiver Ecoute-les Etourneaux pinsons mésanges Chantent l’étoile tardive et le retour des couleurs Et demain comme en cette veille Leurs cœurs rapides éloigneront l’obscurité     GHYSLAINE LELOUP     Artiste ?
lundi 18 décembre 2017

UNE FEMME M'ATTEND

C'est moi, femme, je vois mon chemin ; Je suis austère, âpre, immense, inébranlable, mais je t'aime ;Allons, je ne te blesse pas plus qu'il ne te faut, Je verse l'essence qui engendrera des garçons et des filles dignes de ces Etats-Unis ; j'y vais d'un muscle rude et attentionné,Et je m'enlace bien efficacement, et je n'écoute nulles supplications, Et je ne puis me retirer avant d'avoir déposé ce qui s'est accumulé si longuement en moi, A travers toi je lâche les fleuves endigués de mon être,En toi je dépose un millier... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 16 décembre 2017

NICOLAS DIETERLE

 ma phrase ne se brise plus contre aucune terminaison hâtive, désobligeante Elle coule généreusement, elle s'épanche dans un lit bordé par les falaises protectrices des majuscules La mesquinerie du point, cet avare, n'est plus de mise    ...  j'ai supprimé le point final devant chacune de mes phrases pour que rien n'arrête la suspension mouvante, grisée, à la fois funambule et précise, de mes mots alignés Amoureusement liés, ils forment une lente fumée bleue qui se dissipe et se renouvelle sans cesse .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,