lundi 10 août 2015

NIZAR QABBANI

J'essaie, depuis l'enfance, de dessiner ces paysQu'on appelle-allégoriquement-les pays des ArabesPays qui me pardonneraient si je brisais le verre de la lune...Qui me remercieraient si j'écrivais un poème d'amourEt qui me permettraient d'exercer l'amourAussi librement que les moineaux sur les arbres...J'essaie de dessiner des pays...Qui m'apprendraient à toujours vivre au diapason de l'amourAinsi, j'étendrai pour toi, l'été, la cape de mon amourEt je presserai ta robe, l'hiver, quand il se mettra à pleuvoir...J'essaie de dessiner des... [Lire la suite]

lundi 9 juin 2014

IL ME FAIT ENTENDRE DES MOTS

Il me fait entendre ...Quand il me fait danserDes mots, qui ne sont pas comme tous les motsIl me prend d'au-dessous de mes brasIl me plante dans un des nuagesEt la pluie noire dans mes yeuxIl me prend avec lui...il me prendPour une soirée de bal roseEt moi comme une petite fille dans sa mainComme une plume prise dans les airsIl m'apporte sept lunesEt un bouquet de chansonsIl m'offre un soleil... Il m'offreUn été.... Et un escadron d'hirondellesIl m'informe que je suis son chef d'œuvreEt que je vaux des milliers d'étoilesEt que je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 17 janvier 2014

NIZAR QABBANI

Non loin de moi, elle prit un siège,  s'y installa sans hâte et fut comme une rose  exposant sa nonchalance  sur la lèvre du vase.    Le papier d'une lettre apparut, humble et soumis,  dans sa main,  moissonnant un reste de sa fidélité.    Ma tasse de café s'échappait, elle, sans cesse de ma main,  dans le désir de rejoindre sa tasse.    O le tourment infligé par ce capuchon dont le soleil  auréolait sa tête ! ...  Et ce poudroiement d'or que met... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 29 août 2013

JE LIS TON CORPS...ET ME CULTIVE

Le jour où s'est arrêté Le dialogue entre tes seins Dans l'eau prenant leur bain Et les tribus s'affrontant pour l'eau L'ère de la décadence a commencé, Alors la guerre de la pluie fut déclarée Par les nuages Pour une très longue durée, La grève des vols fut déclenchée Par la gente ailée, Les épis ont refusé De porter leurs semences Et la terre a pris la ressemblance D'une lampe à gaz. Le jour où ils m'ont de la tribu chassé Parce qu'à l'entrée de la tente j'ai déposé Un poème L'heure de la déchéance a sonné. L'ère de la décadence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 29 janvier 2012

NIZAR QABBANI

Je porte le temps brûlé dans mes yeux et je voyage vers vous. Je porte Beyrouth, poème poignardé, sur la paume de ma main et je présente son corps à tous comme le témoignage d'une époque arabe qui fait profession d'assassiner les poèmes. . NIZAR QABBANI . Photographie A. Vigneau
Posté par emmila à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 1 septembre 2010

NIZAR QABBANI

De terrorisme on nous accuseSi nous osons prendre défenseDe notre femme et de la roseEt de l'azur et du poèmeSi nous osons prendre défenseD'une patrie sans eau sans airD'une patrie qui a perduSa tente et sa chamelleEt même son café noir.De terrorisme on nous accuseSi nous osons prendre défenseDe la crinièreDe la reine de SabaDes lèvres de MaysounDes noms de nos plus belles filles,Du khol qui de leurs cilsEn pluie retombeComme une chose révélée.Certes vous ne trouverez pasEn ma possessionDe poésie secrèteNi de parler énigmatiqueOu des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 28 octobre 2009

PAIN, HASCHISH ET CLAIR DE LUNE

Lorsqu'en Orient, naît la lune Les blanches terrasses s'assoupissent Dans des amas de fleurs, Les gens abandonnent leurs échoppes Et vont ensemble A la rencontre de la lune. Ils portent leur pain, leur phonographe Et les accessoires de leur drogue Jusqu'au sommet des montagnes. Ils vendent et achètent Rêves et rêveries Et se meurent Quand la lune est en vie. Que fait de mon pays Un filet de lumière ? Que fait-il du pays des prophètes Et des âmes naïves Celles qui mastiquent leur tabac Et qui font le commerce De la drogue ? Pendant les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 20 février 2009

L'ECOLE DE L"AMOUR

Votre amour, madame, m'a fait entrer dans les cités des tristessesEt moi avant vous je ne suis jamais allé dans les cités des tristessesJe n'ai jamais su que les larmes sont l’être humain que l'humain sans tristesse n'était que le souvenir d'un humainVotre amour m'a apprit a être tristeEt moi depuis des siècles j’avais besoin d’une femme qui me rend tristeune femme qui je pleurerai sur ses bras comme un oiseauUne femme qui rassemble mes parties comme les morceaux d'un vase briséVotre amour chère dame m'a apprit les pires manièresIl... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 6 septembre 2008

LECON D'ART PLASTIQUE

Mon fils pose devant moi sa palette de couleursEt me demande de lui dessiner un oiseau.Je plonge le pinceau dans la couleur griseEt lui dessine un carréAvec des barreaux et un cadenas.Mon fils me dit, tout surpris :Mais c’est une prison, père,Ne sais-tu donc pas dessiner un oiseau ?Je lui dis : Mon fils, excuse-moi,Je ne sais plus comment sont faits les oiseaux.Mon fils pose devant moi ses crayons de couleursEt me demande de lui dessiner la mer.Je prends un crayon mineEt lui dessine un cercle noir.Mon fils me dit :Mais c’est un cercle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,