vendredi 26 août 2016

LE THEATRE ET SON DOUBLE, PREFACE

« Jamais, quand c'est la vie elle-même qui s'en va, on n'a autant parlé de civilisation et de culture. Et il y a un étrange parallélisme entre cet effondrement généralisé de la vie qui est à la base de la démoralisation actuelle et le souci d'une culture qui n'a jamais coïncidé avec la vie, et qui est faite pour régenter la vie. Avant d'en revenir à la culture, je considère que le monde a faim, et qu'il ne se soucie pas de la culture ; et que c'est artificiellement que l'on veut ramener vers la culture des pensées qui ne sont tournées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 25 juillet 2016

SEYRAN...Fragment

 Par une lamentation nous commençons à vivreAvant de parler nous savons blasphémerSi la moitié de notre vocabulaire est de louangeLe reste est malédictionQuelle cruche se remplitQuelle source coule plus vite que nousLa corde la plus tendue, c’est nousMaisCombien de Job s’ébahissent de notre patienceNos tribus tiennent la montagneNous sommes un peuple deboutDans les cités les bidonvilles sont notre imageNous avons mille civilisations sédentairesNotre tambour qui bat le départN’est pas usé.   .GÜLTEN  AKIN (Traduit du... [Lire la suite]
samedi 31 janvier 2015

LA DERNIERE INNOCENCE...Extrait

L’île s’enfuitEt encore une fois la fille gravit le ventet découvre la mort de l’oiseau prophèteA présentc’est le feu soumisA présentc’est la chairla feuillela pierreégarés dans la source du tourmentcomme le navigateur dans l’horreur de la civilisationqui purifie la tombée de la nuitA présentla fille trouve le masque de l’infiniet casse le mur de la poésie. .   ALEJANDRA PIZARNIK   .  
jeudi 15 janvier 2015

LE NOUVEAU DICTAT DE LA LAÏCITE A LA FRANCAISE

Charlie Hebdo persiste et signe. Le monde entier a été secoué par le drame qui a touché le journal, ce massacre sans nom. Le monde entier a porté le deuil, main dans la main.Mais il y a manifestement une politique de l'humiliation à repenser et que ne peut légitimer le principe galvaudé de liberté Il semblerait que certains peuples soient condamnés à l’humiliation. Après l’esclavage, les «missions civilisatrices», les multiples ingérences qui ont transformé les révolutions de certains peuples en véritables brasiers, toujours vifs et... [Lire la suite]
lundi 30 décembre 2013

PIGMENTS....Extrait

J'ai l'impression d'être ridicule dans leurs souliers dans leurs smoking dans leur plastron dans leur faux-col dans leur monocle dans leur melon J'ai l'impression d'être ridicule avec mes orteils qui ne sont pas faits pour transpirer du matin jusqu'au soir qui déshabille avec l'emmaillotage qui m'affaiblit les membres et enlève à mon corps sa beauté de cache-sexe J'ai l'impression d'être ridicule avec mon cou en cheminée d'usine avec ces maux de tête qui cessent chaque fois que je salue quelqu'un J'ai l'impression d'être ridicule... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 1 août 2012

LES APPARITIONS DEDAIGNEES

"Les civilisations sont des graisses. L'Histoire échoue, Dieu faute de Dieu n'enjambe plus nos murs soupçonneux, l'homme feule à l'oreille de l'homme, le Temps se fourvoie, la fission est en cours. Quoi encore?   La science ne peut fournir à l'homme dévasté qu'un phare aveugle, une arme de détresse, des outils sans légende. Au plus dément : le sifflet des manœuvres."   Ceux qui ont installé l'éternel compensateur, comme finalité triomphale du temporel, n'étaient que des geôliers de passage. Ils n'avaient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 août 2011

LES OISEAUX ARRIVENT

Tout était vol sur notre terre. Comme des gouttes de sang et des plumes Les cardinaux ensanglantaient L'aurore d'Anáhuac. Le toucan était une adorable Caisse de fruits vernis, Le colibri regarda les étincelles Originales de l'éclair Et ses bûchers minuscules Brûlaient dans l'air immobile. Les perroquets illustres emplissaient La profondeur du feuillage Comme des lingots d'or vert Récemment sortis de la pâte Des marais submergés Et de leurs yeux ronds Ils regardaient un anneau jaune, Vieux comme les minéraux. Tous les aigles du ciel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 16 août 2009

LA LONGUE ROUTE...Extrait

( ... ) - "Je n'en peux plus des faux dieux de l'Occident toujours à l'affût comme des araignées, qui nous mangent le foie, nous sucent la moelle. Et je porte plainte contre le monde moderne, c'est lui, le monstre. Il détruit notre terre, il piétine l'âme des hommes.         - C'est pourtant grâce à notre Monde Moderne que  tu as un bon bateau avec des winches, des voiles en Tergal, une coque métallique qui te laisse en paix, soudée étanche et solide. - C'est vrai, mais c'est à cause du Monde Moderne,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 17 juillet 2009

URBANITUDE

N'y voyez pas de sensiblerie, de ces obsessions " d'écolos "en mal d'être et de vivre, encore moins de ces états d'âmes qui accompagnent dans les salons quelques destins aisées aux teintes roses et chatoyantes, de satin et de mousseline. Je ne suis pas littérature et encore moins redresseur de torts, je ne prétends pas refaire le monde ni  m'accorder la responsabilité de ce jugement dernier, de justicier planétaire!Mais convenez, que ce qui nous arrive touche au ridicule, au non-sens, à la déraison... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,