dimanche 24 mars 2019

POUR LE PLAISIR DE ME REDIRE ...Extrait

  Un riche de tes connaissances, lecteur, quand bien même lointain est nécessairement dans la liste de tes amitiés précieuses. Quand il tombe, tu l’acclames martyr de ses bonnes œuvres, de sa morale et de sa droiture. Attristé, tu implores, dans le doute, le secours divin en vociférant sa réussite sociale en prétentieux frimeur comme si le mérite t’en revenait. Mais, un pauvre quand il tombe écrasé sous les feux fades et trompeurs de la cité, quand bien même il t’est proche, il n’est subitement qu’une vague connaissance. Tu... [Lire la suite]

mardi 31 mai 2016

APPEL ...Extrait

« J’ai rêvé d’une vie profonde, intense comme l’éclair. Lourde parfois et pénible à porter, mais plus riche, mais plus vraie que le lent déroulement monotone des jours qui suffit à trop de gens. Tout mon être se révolte contre la banalité de ces existences sans ferveur et sans merveilleux. Mais je rejoindrai ceux qui résistent et nous l’emporterons… Je cherche le soleil, je cherche l’humanité fraternelle. Je n’enterrerai pas mes rêves de jeunesse. Je veux une vie libre et pure, ouverte à l’inconnu et sans préjugés, une vie de ferveur,... [Lire la suite]
lundi 26 mai 2014

LA JOIE N'EST PAS MON METIER...Extrait

Tous les champs du mondeligués contre deux petites lèvresToutes les avenues de l'Histoireliguées contre deux pieds nusMon aiméeEux voyagent et nous, nous attendonsEux possèdent les potencesnous, nous avons les cousEux possèdent les perlesnous les taches de rousseur, les verruesEux possèdent la nuit, l'aube, le midi et le journous, nous avons la peau et les osNous semons dans la canicule et eux mangent à l'ombreLeurs dents sont blanches comme du rizet les nôtres farouches comme les forêtsLeurs poitrines sont aussi douces que la soienos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 1 février 2014

ROMAIN GARY

J'appelle "société de provocation" toute société d'abondance et en expansion économique qui se livre à l'exhibitionnisme constant de ses richesses et pousse à la consommation et à la possession par la publicité, les vitrines de luxe, les étalages alléchants, tout en laissant en marge une fraction importante de la population qu'elle provoque à l'assouvissement de ses besoins réels ou artificiellement créés, en même temps qu'elle lui refuse les moyens de satisfaire cet appétit. Comment peut-on s'étonner, lorsqu'un jeune Noir du ghetto,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 13 janvier 2013

FLAMMES DE L'ETE...Extrait

J’ai vu des beautés immenses et délicates Dîné dans des palais éblouissants de capitales tribales Et dormi entre le ciel et le sable du Takla MakanJe me suis fait l’ambassadeur de rois guerriers.J’ai rencontré des mongols aux poings effroyables Et des pêcheurs de perles mi-hommes mi-poissonsJ’ai glissé mes mains sous des voiles interdits Touché l’intouchable. Et vécu les nuits sublimes du cantique des cantiquesJ’ai dompté des chevaux Kirghiz Franchi le toit du monde et écouté le Dalaï Lama.J’ai coupé le santal de Mysore Incisé le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 28 novembre 2011

JE REFUSE

Je refuse de vivre dans un pays soumis, vassalisé, cassé, conquis Un pays de Disneylands, de luge-lands, de no man's lands, de mort lente Je refuse la haine, l'exclusion, la ségrégation, la soumission, la démission, l'expulsion Je refuse les ruines, les combines, l'intérim, Je refuse l'Europe du fric et de la trique Je refuse de léguer à mon enfant un avenir de décombres De tôles rouillées, de portes fermées entre l'errance, l'espoir d'une vague saison et le petit boulot à trois mois d'espérance de vie Je refuse que mon pays devienne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 novembre 2011

FAUT PAS DECONNER !

  Vous, grelottant sous vos cartons, le ventre vide et le coeur asséché par les morsures de la misère   Des papiers empilés sous vos chemises pour vous protéger d’un climat moins froid que la conscience de cette justice qui vous refuse ceux qui vous rendraient la dignité à laquelle tous hommes, toutes femmes, de cette planète ont droit   Vous, à qui quelques passants jettent une pièce pour se refaire une conscience un peu plus présentable, avant de s’engouffrer dans un resto trois étoiles où ils s’empiffreront... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,