mercredi 10 avril 2019

NU

  Nu, j'ai vécu nuNaufragé de naissanceSur l'île de MalenfanceDont nul n'est revenuNu, j'ai couru nuDans des vignes sauvagesNourri de vin d'orageEt de corsages émusNu, vieil ingénuJ'ai nagé dans tes cieuxDepuis les terres de feuJusqu'aux herbes ténuesNu, j'ai pleuré nuDans la buée d'un miroirLe cœur en gyrophareQu'est-ce qu'on s'aimait... Samu Nu, j'ai vécu nuSur le fil de mes songesCes tissus de mensongesMon destin biscornuMais nu, je continueMon chemin de tempêteEn gueulant à tue-têteLa chanson des canutsNu, je suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 29 août 2018

LA COMBUSTION DE L'ANGE

Au détour d’un poème en marche vers le Rienj’ai rencontré Quelqu’unqui dans l’ombre me parle en silenceet qui est mon cheminconnaissant tout de moi depuis bien avant ma naissanceau point que je défaille soudainde surprise d’effroi et d’une étrange joiedevant cette Existence immense qui me tutoie.   .     MARC ALYN     .   Oeuvre Shmuel Ovadyahu  
Posté par emmila à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 23 juin 2018

LES DIMENSIONS DU COEUR

  "Sin duda que así como dizen que van degenerando los hombres y siendo más pequeños cuanto más va (de suerte que cada siglo merman un dedo, y a este paso vendrán a parar en títeres y figurillas, que ya poco les falta a algunos), sospecho que también los coraçones se les van achicando..."     .      Il est certain que, de même que les hommes perdent peu à peu, à ce qu'on dit, leurs qualités, et deviennent plus petits avec le temps (de sorte qu'ils rapetissent de la hauteur d'un doigt à chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 13 décembre 2016

QUATORZIEME POESIE VERTICALE - DECIMOCUARTA POESIA VERTICAL...Extrait

Ecrire un poème sur rien, où toutes les transparences peuvent flotter, ce qui n’a jamais connu la condamnation de l’être, ce qui l’a abandonné déjà, ce qui est sur le point de commencer et ne commencera peut-être jamais. Et l’écrire avec rien ou presque rien, avec l’ombre des mots, les espaces oubliés, un rythme qui se détache à peine du silence, et un silence marqué dans un point de l’autre côté de la vie. Un poème sur rien et avec rien. Peut-être que tous les poèmes passés, futurs ou impossibles pourraient tenir en lui, au moins... [Lire la suite]
samedi 12 novembre 2016

EDMOND JABES...Extrait

Je suis un silencieux. Je me demande, grâce au recul que je prends, maintenant, avec ma vie, si ce goût prononcé pour le silence n’a pas son origine dans la difficulté qui, de tout temps, fut la mienne, de me sentir d’un quelconque lieu. Avant de connaître le désert, je savais qu’il était mon univers. Seul le sable peut accompagner une parole muette jusqu’à l’horizon. Écrire sur le sable, à l’écoute d’une voix d’outre-temps, les limites abolies. Voix violente du vent ou, immobile, de l’air, cette voix vous tient tête. Ce qu’elle... [Lire la suite]
mardi 12 juillet 2016

PAS A PAS

Oui d’ici            d’un seul pas                    nous rejoindrons tout  Le tout nous rejoindrons            d’un seul pas                    ou de dix-mille  Pas à... [Lire la suite]

dimanche 24 mai 2015

IN TENEBRIS

Personne à qui pouvoir direque nous n'avons rien à direet que le rien que nous nous disonscontinuellementnous nous le disonscomme si nous ne nous disions riencomme si personne ne nous disaitmême pas nousque nous n'avons rien à direpersonneà qui pouvoir le diremême pas à nous Personne à qui pouvoir direque nous n'avons rien à faireet que nous ne faisons rien d'autrecontinuellementce qui est une façon de direque nous ne faisons rienune façon de ne rien faireet de dire ce que nous faisons Personne à qui pouvoir direque nous ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 15 mars 2014

FISSURES...Extrait

Foulées creusant le sable  empreintes digitales, cœurs gravés dans la peau des arbres,  filets de graffiti sur les murs d’un cachot,  rides et cicatrices  en quoi une vie se résume, encoches de bâton,  nœuds au mouchoir,  tatouages  à la teneur d’archives ou de pedigree,  signes de quelque chose qui s’est passé  ou allait  se passer, même à jamais perdues  ces traces  persistent peut-être à peser  de toute leur minceur  sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 11 juillet 2013

LETTRES A MOI-MÊME...Extrait

Cher Ramon, La moitié du monde veut attaquer l'autre moitié et la guerre qui prend aujourd'hui le nom de guerre froide est la sempiternelle guerre de toujours. L'ennui ce serait qu'on nous agresse et qu'on démantibule la table sur laquelle, noblement accoudés, nous écrivons, lisons et pensons. Dans cette agression des uns contre les autres même notre maison est sans dessus dessous et on la retrouve un jour à des milliers de kilomètres de là où elle était. Les forces du monde ont augmenté et la loi veut que les unes soient toujours... [Lire la suite]
samedi 24 septembre 2011

PARLER POUR NE RIEN DIRE

Oh! Je sais! Vous pensez : "S'il n'a rien à dire... Il ferait mieux de se taire!" Évidemment! Mais c'est trop facile! C'est trop facile! Vous voudriez que je fasse comme tous ceux qui n'ont rien à dire et qui le gardent pour eux? Eh! bien, non! Mesdames et Messieurs, moi, lorsque je n'ai rien à dire, je veux qu'on le sache! Je veux en faire profiter les autres! Et si, vous-mêmes, Mesdames et Messieurs, vous n'avez rien à dire, eh! bien, on en parle, on en discute! Je ne suis pas ennemi du colloque. "Mais, me direz-vous, si on parle... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,