Je vous ai demandé
gens au sang froid
mon chemin d'aventure
l'allégorie nomade
n'en finissait plus
de se dissoudre
derrière vos fronts plombés
n'en finissait plus
de tirer les rideaux
des théâtres du sang
vous me regardiez
avec cette méfiance
où se blottissent les chiens
lorsque l'ombre se fronce
et que la nuit s'étend
sur le corps des mourants
Je ne vous demandais
que la moindre parole
l'attentive la sibylline
vous restiez cloués
à chaque carrefour
avec le coeur lourd
comme si la vie espérée
n'avait cessé de vous manquer
je n'avais rien d'autre
que cette flamme blessée
ce chant discontinu
pour répondre à vos silences
je n'étais pour vous
qu'un étranger impromptu
dans la poussière peureuse
de vos carrières doucereuses
une métaphore un peu ivre
un grain d'orge amer
une tâche d'encre sur la page
de vos enfances décimées.

 

.

 

ANDRE CHENET

 

.

 

Leszek Sokol,

Oeuvre Leszek Sokol