dimanche 12 novembre 2017

GRAVEMENT MALADE...Extrait

J’ai peur, petite mère, ne souffle pas sur moiFaisant, refaisant tes prières, la nuit.Je suis malade, mais comme c’est beauUne part de mon corps s’en va, comme en nageant.Pourquoi m’a-t-on ainsi tout recouvertSi soigneusement que cela me rend triste.Tandis que dans les vents lointains la villeComme des jouets d’enfants s’éclaire.Mes yeux sont fermés mais mon visage voitTu pleures, comme la lumièreEnsemble nous écoutons, dans les images lentes,Solitaires sur le mur, le destin.Petite mère, maintenant je grandis.Le roseau grandit dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 11 novembre 2017

A CE POINT DU SOIR

à ce point du soir c’est là, vois-tu que le verbe devrait se saisir des corps épars des âmes concassées les étreindre au plus vide de leur manque bercer leur moelle et écrire tendrement à même leurs veines le mythe jamais écrit de la consolation   .     FLORENCE NOËL     .        
vendredi 10 novembre 2017

AU PRINCE / AL PRINCIPE

Si le soleil revient, si le soir descendsi la nuit a un goût de nuits à venir,si un après-midi pluvieux semble revenird’époques trop aimées et jamais entièrement obtenues,je ne suis plus heureux, ni d’en jouir ni d’en souffrir ;je ne sens plus, devant moi, la vie entière…Pour être poètes, il faut avoir beaucoup de temps ;des heures et des heures de solitude sont la seulefaçon pour que quelque chose se forme, force,abandon, vice, liberté, pour donner un style au chaos.Moi je n’ai plus guère de temps : à cause de la mortqui approche, au... [Lire la suite]
vendredi 10 novembre 2017

ITZHAK PERLMAN - LOVE THEME, CINEMA PARADISO

Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 10 novembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Il est étroit ce chemin de vie bordé de squelettes d'arbres noirs comme les aubes mortes. Il est étroit et froid de neiges enlacées ce chemin à l'écart où nos visages se perdent comme des mains des lèvres pour jamais.   .   ANNE MARGUERITE MILLELIRI     .    
jeudi 9 novembre 2017

A PEINE DEFIGUREE

Adieu tristesse, Bonjour tristesse. Tu es inscrite dans les lignes du plafond. Tu es inscrite dans les yeux que j'aime Tu n'es pas tout à fait la misère, Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent Par un sourire. Bonjour tristesse. Amour des corps aimables. Puissance de l'amour Dont l'amabilité surgit Comme un monstre sans corps. Tête désappointée. Tristesse, beau visage.     .     PAUL ELUARD   .    
Posté par emmila à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 9 novembre 2017

UN LENT DEPAYSAGE...Extrait

Inaccessible Le vol du papillon Il nous glisse des mains Il s'en va vers l'ailleurs Et nous les pieds au sol On l'épingle en croix on le cloue Sur une feuille blanche Abruptement l'avenir déchiré Sans aucun mot tombé des coeurs Peut-être voulait-il traverser la mer En partance en partance Transparence broyée d'un seul coup Et les regrets jetés des ponts     .     MIREILLE FARGIER - CARUSO   .    
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 8 novembre 2017

VAHAN TEKEYAN

Que me reste-t-il de la vie ? Que cela est étrange, il ne me reste que ce que j'ai donné aux autres.   .   VAHAN TEKEYAN (1878 - 1945) poète arménien   .  
mardi 7 novembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Longtemps après le silence le silence demeure à l'embrasure des lèvres sur la persienne grise un filet blanc de lune une porte rechigne au vent froid un tiroir sans clef... Se souvenir est un choix dans l'opaque des étoiles se cachent -- à dix tu ouvres les yeux et il te semble entendre des rires d'enfants arracher vie aux pièces vides.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI   .   Photographie Anton Ostlund    
samedi 4 novembre 2017

MARSEILLE

En pensant à Agnès qui adorait ce poème, et pour ma Joss...   Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses coquillages et l'iode, Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants d'eau marine, Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour se partager le ciel, Et les cafés enfantent sur le trottoir hommes et femmes de maintenant avec leurs yeux de phosphore, Leurs verres, leurs tasses, leurs seaux à glace et leurs alcools, Et cela fait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,