Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EMMILA GITANA
Visiteurs
Depuis la création 1 615 225
Newsletter
Archives
derive
7 mars 2020

ÎLE

ÎLE
Ile, m’a semblé dans ta dérive Mèches que le vent égare Ta chevelure cuivre, tes rives Et tes lunes éparses Bruiner le givre à l’onde de tes yeux Sur tes cils, tes ailes graciles Qui papillonnent la baie de ton regard ; A l’ogive des jours, j’ai vu hyaline...
6 décembre 2018

FIN DU MONDE ?

FIN DU MONDE ?
La chute d’un ordre de domination se reconnaît à la stupéfaction qui se lit sur les visages de ses desservants. Samedi, le spectacle n’était pas seulement dans la rue. Il était, et il dure toujours depuis, sur les faces ahuries de BFM, de CNews, de France...
14 mars 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

JEAN LAVOUE...Extrait
Cette vie si fragile, Cette fleur, ce talisman, Ce chant inconsolé, Où s’y tenir vraiment ? Il suffit d’être là, Dans l’ouverture du jour, Repoussant doucement Les portes de la nuit. Il nous faut accueillir Comme un flux de silence La beauté de ces arbres,...
27 juin 2017

VOLEES D'ACTES DE PAROLES EN EPANCHEMENTS

VOLEES D'ACTES DE PAROLES EN EPANCHEMENTS
Le temps accumulant compulsivement les années, l’homme égare ses valeurs qu’en principe, il « discerne » ; le mirage de sa raison trop hantée par l’écho n’éprouve estime et patience que pour ce qui le leurre... Marée retirée : maintenant se trouve presque...
12 mai 2017

MOI...NOUS

MOI...NOUS
Moi n'existe pas si le nous est absent La racine du racisme c'est la négation de soi-même, renier un alter ego de l'espèce humaine est un rejet de l'humanité, ne peut s'affirmer être humain un vivant qui se réclame d'une identité autre qu'humaine. Le...
16 août 2013

CORPS SEUL AMER...Extrait

CORPS SEUL AMER...Extrait
Corps seul amer tenu sur la falaise, c’es au fil gris des vents que s’étranglent les mots : nous avions gorge en lui, et filet de sang bleu se couchait dans nos veines – on hissait des salines l’attente toute en brume où vont claquer les vaisseaux – leurs...
21 juin 2013

UN SI LONG PARCOURS...Extrait

UN SI LONG PARCOURS...Extrait
On n'en peut plus de vivre, très bleus, très nuls, enchevêtrés. Nous dérivons, captifs étranges du présent. À l'intérieur du désir, ce pourrissement sûr, ces signes avant-coureurs d'un mal très pur. Toi, crié dans le plaisir, mais englué déjà. Barbouillé...
EMMILA GITANA
Pages
Tags
Derniers commentaires