mercredi 8 février 2012

ECHARDES

  Essayez de faire entrer dans un vers français Ce mot comme un poignard Sakiet-Sidi-Youssef I Cesse donc de gémir Rien de plus ridicule Qu’un homme qui gémit Si ce n’est un homme qui pleure II Je me promène avec Un couteau d’ombre en moi Je me promène avec Un chat dans ma mémoire Je me promène avec Un pot de fleurs fanées Et des photos jaunies Je me promène avec Un vêtement irréparable Je me promène avec Un grand trou dans mon cœur III Crois moi Rien ne fait si mal qu’on pense IV Plus le poème est court ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 18 octobre 2011

L'AFFISSU ZIFRATU

Sol SimSciacconu quell'affissu una mane d'inguernuSim SolNant'à li muri scalcinati di a citàLam SimÀ l'albore tristezza è senza umanitàSim LamU carrughju paria a porta di l'infernuLam SimChì sparitu ne era ogni segnu pietàEranu una vintina d'omi ritrattatiA faccia mascherata à tratti d'al di làChì lasciavanu sola un'idea d'etàÈ u penseru stancu à l'ochji tribulatiQuale sò issi figlioli, dite per caritàMa nimu si frastorna è nimu si ribellaChì pesa tantu in core a guerra à sistemàChì costa troppu tandu un attu libertàÈ si terne dinù la... [Lire la suite]
lundi 4 avril 2011

BLANCHE OU L'OUBLI

« Je voudrais décrire l’oubli par tous les mots oubliés. Par les alvéoles qu’ont laissées les mots disparus dans ma bouche. Par l’ombre absente des objets absents. Cette porte qu’on ne peut ni fermer ni ouvrir. Cette fenêtre feinte à la vie ou à la mort suivant ma disposition d’esprit. L’irréparable blessure du temps, la discontinuité de l’âme, ce trou dans la poche, l’oubli. » . LOUIS ARAGON . Oeuvre Joaquin Sorolla  
Posté par emmila à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 19 mars 2010

J'ARRIVE OU JE SUIS ETRANGER

Rien n'est précaire comme vivre Rien comme être n'est passager C'est un peu fondre comme le givre Et pour le vent être léger J'arrive où je suis étranger Un jour tu passes la frontière D'où viens-tu mais où vas-tu donc Demain qu'importe et qu'importe hier Le cœur change avec le chardon Tout est sans rime ni pardon Passe ton doigt là sur ta tempe Touche l'enfance de tes yeux Mieux vaut laisser basses les lampes La nuit plus longtemps nous va mieux C'est le grand jour qui se fait vieux Les arbres sont beaux en automne Mais l'enfant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 14 mars 2010

MEDJOÛN

Et je suis là deboutDans ce qui somme touteNe fut que ce qui futPrès d’une fontaine au coin d’une rueOu dans un jardin délaisséJe ne serai que ce que je suisJe n’aurais jamais été que ce que je fusRien d’autre seulInutilement seul et déchiré de mon rêveOh si cela pouvait saigner un rêve où se fait la déchirureMais non cela vous est emportéSans qu’on puisse dire où se fait le malSans qu’on puisse avec son doigtVérifier la blessure et le sangVa-t-en comme si l’on t’avait arraché la langueEt les membresEt pourtant tu marches tu parles tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 11 février 2010

LE FEU

Mon dieu, mon Dieu, cela ne s’éteint pas                       Toute ma forêt, je suis là qui brûle                       J’avais pris ce feu pour le crépuscule     Je croyais mon cœur à son dernier pas.         J’attendais toujours le jour d’être cendre                       Je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 25 janvier 2010

LE PAYSAN DE PARIS...Extrait

Maintenant que nous avons couché à nos pieds l'éclair comme un petit chat, et que sans plus frémir que l'aigle nous avons compté sur sa face les taches de rousseur du soleil, à qui porterons-nous le culte de latrie? D'autres forces aveugles nous sont nées, d'autres craintes majeures, et c'est ainsi que nous nous prosternons devant nos filles, les machines, devant plusieurs idées que nous avons rêvées sans méfiance, un matin.Quelques-uns d'entre-nous qui prévoyaient cette domination magique, qui sentaient qu'elle ne tirait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,