dimanche 9 juillet 2017

ECLAT D'UNE POETIQUE DE L'INACCOMPLI, LIVRE 5...Extrait

No siempre se puede tocar el alma profunda. — Robarte de tus labios un beso abrasador. * S.V. . Nous avons traversé des orages, des tempêtes, les hautes solitudes, les profondes douleurs. Ne fût-ce que cela la vie ? La mort, n'était-ce que cela. — Vers l'haut-delà ? Des joies, — l'éclair, du bonheur, — l'éblouissement. — Or, j'avance somnambule, entre rêve et réel. Et j'ai outrepassé le visible, — le cap vers l'inconnu, — l'invisible. Nous serions donc passés, comme des fantômes pressés. Pourquoi ce brouillard, ce perpétuel... [Lire la suite]

samedi 8 juillet 2017

ALBERT AYGUESPARSE...Extrait

La lumière de midi fait éclater les fronts.Elle peint de résine les masques insensésQue les puissants ont pris pour traverser la villeOù les bûchers croulants grillent le ciel géant.Elle bouge avec l’ombre décapitée des mursEt recouvre de chaux les cris des premiers morts.Ses doigts d’encre ont tracé les couloirs de la peur,Ne me demande pas ce que font ces fantômes.Ils arrachent le coeur des colombes blesséesEt vendent des colliers d’amulettes sonoresPour conjurer la foudre et sauver les damnés,Mais l’enfer n’entend pas ce doux bruit... [Lire la suite]
mercredi 9 novembre 2016

REGAIN DU SANG...Extrait

Midi muet sous l'ombre familière d'un noyerChardons jachères en fleursRien n'est étranger à l'absenceEt rien ne garde sa mesureLa faim est lente l'envol long à venirNous ne savons pas dire l'usure des mains amiesMidi muet sous l'ombre familière d'un frêne .   EMMANUEL  DAMON   .      
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 24 mai 2016

L'ARIDE DES JOURS...Extrait

Midi, enfin.Un poing s'élève.Tous les feux du soleil se rassemblent en lui.Brutal instant qui déchire les ronces.Geste qui retrouve la mémoire.Le soleil blanchit aux confins du regard. Dressé au dessus des oliviers, il absorbe le ciel. L'olivier retient son délire. Le ciel n'ose plus frémir.Le pin éclate de sève, et au risque de périr, enlace l'heure. L'air alors devient plus lourd que le mystère. La poussière vaincue retombe sur le sol qui la fait naître...Là.Fixement, je parcours le paysage au plein de son jour.Des relents de... [Lire la suite]
samedi 2 avril 2016

LOIN DE TOUS RIVAGES...Extrait

Pour Josiane Là.Des ruines se lamentent dans un langage déjà d'autrefois." Païs. "Là, et les pierres, face au ciel, depuis hier, depuis toujours.Présence, absence.Entre le tremblement de terre et la pétrification, l'aveugle éboulis des murs se répand sur nos mémoires.Là.Pierres à jamais...Colonnes brisées, vestiges...Pierres de boue recouvertes, livrées à l'oubli, aux " fadarellos " qui peuplent désormais la campagne.Là, et les heures accumulées.Et le silence.Et le silence en feu aux abords de midi.Blanches, les heures révèlent sur... [Lire la suite]
vendredi 22 avril 2011

LEÏLA ZHOUR

en arabe, "laylà" signifie "nuit" et "zhou'hr" signifie "midi"     Au mitant de la nuit, il y a le midi de l'amour    "Layla", a murmuré mon amant    "dis-moi le nom de cette nuit"    et la nuit avait le velours du café qui tournoie dans la tasse    "Layla", a murmuré mon amant    "dis-moi le nom de cette lumière dans nos nuits"    et la nuit de la chambre était le havre de nos tourments    "Zhouhr Layla,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,