dimanche 21 avril 2013

LETTRES D'OR

Dieu, c'est le nom de quelqu'un qui a des milliers de noms. Il s'appelle silence, aurore, personne, lilas, et des tas d'autres noms, mais ce n'est pas possible de les dire tous, une vie entière n'y suffirait pas et c'est pour aller plus vite qu'on a inventé un nom comme celui-là, Dieu, un nom pour dire tous les noms, un nom pour dire quelqu'un qui est partout, sauf dans les églises, les mairies, les écoles et tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une maison. Car Dieu est dehors, tout le temps, par n'importe quel temps, même... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 21 avril 2013

FEMMES

L'impossible ne peut être femmes!  Nous aurons toujours la taille de nos rêves !  Nous rejoindrons, de notre florale impatience   Dans la lumière de nos espérances,  Le suc flamboyant des étoiles  Et le rire assourdissant des dansantes comètes !   Nos fièvres habillées des houles des naissances  Nous offriront, comme toujours, tout ce temps  Pour  tisser, dans nos profondeurs ailées,   Tous ces fruits volants de l’amour  Qui naissent et... [Lire la suite]
dimanche 21 avril 2013

LE PRINTEMPS DE LA COLERE

A mes amis, connus et inconnus, aux enfants, aux arbres, aux oiseaux, aux poètes et à tous les regards en quête de lumière. Jours de colère .Et chaque jour un peu plus, en piétinant l'asphalte, elle se plante dans le corps, tout le corps, des pieds qui travaillent à la tête qui pense. Pas un jour sans elle.Et pourtant dans la ville, on sait encore chanter , crier des mots en partage, en liberté.Des mots d'espoir à lancer par dessus les murailles.Des mots en rouge pour dire la résistance, pour dire que rien ne saura nous encager... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 21 avril 2013

JEAN AMROUCHE

Debout palmiers Dans le vent d’ouest qui vous jette vers l’orient Nous avons faim dans la tête Et nous lançons nos mains et nos regards Par-dessus la mer étale Aux millions d’écailles d’or Vers un rivage futur Une ligne indécise Un contre-jour du soleil levant. Nous avons faim. Pas de blé, pas de chair, pas de fruits. L’eau qui gonfle vos barrages Et vos fleuves artificiels, Tous vos canaux dans les cotonniers, Nous n’en voulons plus. Nous avons faim et soif D’un amour humain. Ne nous parlez pas de Dieu, C’est inutile. Vous mentez.... [Lire la suite]
dimanche 21 avril 2013

PLAIDOYER POUR UNE ENFANCE

C'est toi. C'est moi, c'est nous peut-être ce plein, ce rond, ce sourire qui fond sur les joues et illumine l'instant. Ce corps sans réticence, moelleux.Je ferme les yeux et je nous parle. Nous dont le coeur vieillit à force de savoir et de vouloir, à force d'escalader un devenir. A force de spéculation. A force de détourner la subtile logique de l'univers.Nous qui tranchons des réponses. Nous qui administrons la vie. Nous tous enfin qu'on nomme adultes et qui depuis l'enfance n'en finissons pas de trébucher.Mais nous sommes sourds,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 20 avril 2013

VERS LE HAUT

Le poème en avant de nous - toujours sedresse, oui, vers le haut. Intuition majeure, éclat de quelques subtile origine, présence incernable? Peut êtreseulement la liberté du sujet, échappant à ladéfinition, ouverte à l'infini des galaxies comme à l'infini de l'instant. Pourquoi sinon le poème parlerait-il à chacunintensément et secrètement - même dans le silence desorganes, même dans la surprise de l'écoute? Matière et voix, travail profond et surgissement nouveau, rêve et volonté, évènement etdurée. Le poème en avant de nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 20 avril 2013

ALAIN SUIED

Ne cherche pas à combler le manque:il te constitue. Ne cherche pas à ignorerle manque: tu le constitues.Etre au monde - voilà ce qui compte et voilà ce qui disparaîtra.Le monde existe quand tu le perds.Ne cherche pas à scruter le vide:il a tes yeux. Ne cherche pas à voilerle vide: tu le constitues.Aimer le monde - voilà ce qui survivra.Le monde répond quand tu l'oublies.   .   ALAIN SUIED   .        
Posté par emmila à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 20 avril 2013

L'ICÔNE ESPERANCE

Il y a le bleu des brèches et des horizons pâlesIl y a que je pense à un figuier commeA la perfection du sommeilIl y a que le ciel penche au-dedans de nousEt se relève : il y a la jeunesse des eaux.Il y a une icône au fond d'un templeEt le temps qui s'inscrit tout entier en toiIl y a ce poème qui te ressembleUne rose à jamais pureRose noire la rose de ta voix.Il y a une arche au-dessus du froidQuelque chose qui respire tout près d'iciJe t'écoute est-ce toi est-ce moiIl y a une source qui ne finit pas.   .   LIONEL RAY ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 19 avril 2013

POUR LES POETES D'HAÏTI

A Port-au-Prince les poètes sont légionsIls ont les yeux crevés des voyantsLes mains percées de motsEt le visage tatoué par les griffes de la nuitJ’écoute le testament de leurs songesQuand leurs lèvres brûléesN’ont plus d’ombre pour panser la misèreA Port-au-PrinceLes poètes sont légionsIls inventent des cris de funambulesSur le fil des motsCe ne sont pas des araignéesMême s’ils cousent les jours clandestinsCe ne sont pas des chiens errantsMême si l’amour aboie pour ne pas pleurerIls ont la peau pelée de la montagneEt le rire large de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 19 avril 2013

JE SUIS LE FEU - SERGE VENTURINI

Posté par emmila à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,